Archive for juin, 2016

25 juin 2016

Fête des résistances et des alternatives clock dimanche 3 juillet à 11:00 – 23:00 Semoy, centre culturel

Etre solidaire avec la Résistance du Peuple Palestinien contre l’occupation avec le MAN, OLP, Palestine 45 et UJFP, en savoir plus sur la campagne BOYCOTT DESINVESTISSEMENT SANCTION, c’est aussi le 3 juillet à Semoy

fetes

15 juin 2016

Rencontre sur le Néo Colonialisme avec Saïd Bouamama Orleans vendredi 24 juin à 19:30 – 22:00

acide

https://www.facebook.com/events/1644883269165986/

Néo-colonialisme en France

On utilise le terme de néo-colonialisme pour décrire une puissance impérialiste exercée par d’anciennes puissances coloniales sur leurs anciennes colonies, mais aussi, et plus globalement, le profit réalisé par des pays développés ou des grandes entreprises au détriment des habitants des pays qu’ils exploitent.

En 1945, la France est libérée de l’occupation nazie très largement soutenue et appuyée par des bataillons issus de ses anciennes colonies. A l’exception des actuels départements et territoires d’outre-mer, elle entame une politique de décolonisation qui laissera des traces douloureuses et mettra encore du temps à cicatriser, l’Algérie et l’ex-Indochine en sont de très bon exemples. Cependant et plus généralement, la France a su maintenir ses réseaux pour continuer à tirer des bénéfices un peu partout dans le monde.

Si la Françafrique est l’un des exemples les plus édifiants et des plus caricaturales du néo-colonialisme à l’image du Franc CFA, ces réseaux ne sont pas les seuls que l’état et certaines entreprises utilisent habilement en quête suprématie mondiale. Le plus souvent, le résultat a été catastrophique.
Aujourd’hui encore, la France soutient des dictateurs et des régimes plus que corrompues allant jusqu’à créer des situations de déstabilisation conduisant jusqu’à sa complicité voir sa participation à des génocides comme au Rwanda, en RDC, en Centrafrique entre autres…
On retrouve ce systeme de tutelle à l’échelle d’un pays qui domine l’autre quand des entreprises qui exploitent les ressources d’un pays appuyé par son armé, mais aussi au niveau Mondiale lorsque le FMI, l’OMC ou la Banque Mondiale choisissent de tenir un pays en otage par sa dette et de la payer ou de l’annuler.

On ne peut cependant pas résumer le néo-colonialisme à la politique étrangère de la France.
Il se retrouve également au quotidien en France, dans la manière de traiter certains sujets d’actualité d’histoire ou de géopolitique. Dans les discriminations que subissent des citoyens français originaires de ses anciennes colonies au quotidien allant jusqu’à établir des lois spécifiques. On peut également porter un regard critique sur la politique de l’état français dans les départements et territoires d’Outre-Mer où à l’exemple de Mayotte, de la Guadeloupe ou de la Nouvelle Calédonie, la situation semble s’envenimer d’année en année.

Comment définir le néo-colonialisme français ? Quelles sont ses méthodes d’applications de sa création à nos jours à l’étranger et sur son territoire? Quels exemples de contre-pouvoir et d’alternatives existent ?

Pour tenter d’apporter quelques réponses à ces questions, c’est avec plaisir que le Collectif Acide et Orléans Loiret Palestine vous proposent cette nouvelle conférence animée par Said Bouanama, sociologue, et militant très actif notamment dans l’agglomération Lilloise. Il est entre autres formateur de travailleurs sociaux, et co-fondateur du Front uni des immigrations et des quartiers populaires.

2 juin 2016

Bonjour de Gaza la vie .Nos amiEs SARAH ET PIERRE A GAZA AVEC ZIAD

1 juin 2016

Pétition · Le Conseil international du Forum social mondial: Pour que le Forum social mondial adopte la campagne BDS contre l’apartheid israélien · Change.org

Source : Pétition · Le Conseil international du Forum social mondial: Pour que le Forum social mondial adopte la campagne BDS contre l’apartheid israélien · Change.org

fsm

Appel à endosser la campagne BDS contre le régime d’apartheid israélien

Attendu l’importance stratégique et constante du soutien au peuple palestinien dans les Forums sociaux mondiaux;

Attendu les conclusions du Forum social mondial pour la Palestine libre de Porto Alegre en 2012, qui appelait «au renforcement de la solidarité et au boycott contre l’État d’apartheid», ainsi que celles du Forum mondial Éducation de Ramallah en 2010 qui demande à la communauté internationale de mettre en place «un boycott sur Israël pour l’obliger à se retirer de la Palestine occupée»;

Attendu que la Charte du FSM s’oppose à «toute forme d’impérialisme», à «toute conception totalitaire et à l’utilisation de la violence comme moyen de contrôle social», qu’elle y oppose les droits humains et la résistance sociale non violente «au processus de déshumanisation que le monde est en train de vivre et à la violence utilisée par l’État»;

Attendu l’appel lancé par la société civile palestinienne en vue de mener une campagne internationale de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) et que les revendications de cet appel sont les suivantes :

1. Mettre fin à l’occupation et à la colonisation de toutes les terres Arabes, en démantelant le Mur et en levant le blocus de Gaza

2. Reconnaître les droits fondamentaux des citoyenNEs arabo-palestinienNEs d’Israël à une égalité absolue; et

3. Respecter, protéger et favoriser les droits des réfugiéEs palestinienNEs à revenir dans leurs maisons et propriétés tel que stipulé dans la résolution 194 de l’ONU;

Nous appelons toutes les organisations présentes au Forum social mondial, ainsi que le Conseil international du Forum social mondial, à adopter et endosser la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre le régime d’apartheid israélien, afin d’engager les comités locaux d’organisation des différentes éditions du FSM à la campagne BDS jusqu’à ce qu’Israël se conforme au droit international et aux respect des droits humains.

Pour cela, nous demandons que le FSM devienne un espace « Sans Apartheid » en s’assurant qu’on ne puisse pas y trouver de de produits israéliens, d’entreprises ciblées par la campagne BDS pour leur complicité avec la colonisation israélienne, ou d’organisations israéliennes qui seraient actrices ou complices de la politique coloniale israélienne.

************************