21 septembre : Mobilisons-nous pour la paix ! Solidarité avec tous les réfugiés et migrants ! 29 000 morts en 10 ans en Méditerranée et aux portes de l’Europe : ASSEZ ! Rassemblement et distribution de tracts : Lundi 21 Septembre 18h Place de Gaulle

Face au drame de centaines de milliers de réfugiés et migrants qui fuient la guerre, le chaos, et la misère, notre colère et notre émotion sont immenses. Aujourd’hui, un élan de solidarité se manifeste dans les populations. Cet élan doit se traduire par un engagement fort de l’Etat et des pouvoirs publics accompagné partout par des mesures au niveau des Communes, Départements et Régions pour concrétiser cette nécessaire solidarité humaine avec ceux qui souffrent des affres de la guerre et des désastres que connaissent les régions dont ils sont issus.

La première des urgences est sans tergiverser la solidarité et le devoir de rendre humain l’accueil, dans des conditions dignes et respectueuses, sans discrimination, de tous les réfugiés et les migrants, en créant les conditions du vivre ensemble avec toutes les personnes résidant en France.

La réflexion doit également s’engager sur les raisons qui ont conduit à cette situation. Force est de constater que les interventions militaires et les guerres sont toujours des échecs. Elles amènent toujours de nouveaux conflits sans jamais permettre de construire une paix durable. Le sous-développement, l’insécurité alimentaire, la misère, le chômage, les injustices, le manque de démocratie et les dictatures qui écrasent leurs peuples, les répriment et portent atteintes aux droits fondamentaux, l’analphabétisme, constituent des facteurs de déstructuration des Etats, d’insécurité et de conflits. Les populations civiles qui ne demandent qu’à vivre en paix sont les principales victimes.

A l’heure où le président de la République, François Hollande, engage l’armée française en Syrie, nous devons nous interroger : la poursuite de cette stratégie, en dehors de tout mandat de l’ONU, peut-elle amener la paix au peuple syrien et au Proche et Moyen-Orient ? Dans ce contexte la protection des populations, dont le peuple kurde durement agressé de toutes parts, doit aller de pair avec l’arrêt des ventes d’armes.

Le prix payé par les peuples en raison des guerres, de la misère, du mal développement économique et social, est si lourd qu’il contraint à l’exil des centaines de milliers d’hommes et de femmes qui n’auraient jamais souhaité quitter leur pays. Les cadavres rejetés sur les côtes méditerranéennes sont la conséquence de cette situation, qui est aussi le résultat de choix politiques et économiques catastrophiques. Nos organisations sont par ailleurs choquées qu’il soit envisagé de rejeter d’emblée certaines catégories de ces personnes qui, pour la plupart, ont risqué leur vie pour rejoindre l’Europe, alors que la complexité croissante des causes de départ rend de plus en plus difficile la distinction entre asile « politique » et exil « économique ». Rejeter ceux qui sont déjà plongés dans une extrême précarité, parce qu’ils seraient « pauvres » et non « réfugiés », n’est pas acceptable. En face de personnes qui fuient des situations de guerre, d’oppression ou de misère, la seule conduite digne, c’est celle fondée sur l’accueil et le respect des droits fondamentaux.

 

Ensemble nous demandons :

  • Que tous les réfugiés soient accueillis dans des conditions respectueuses de leur dignité en augmentant la capacité des centres d’accueil, par la mise en place de dispositifs de soutien médico-social, des parcours d’insertion professionnelle et de scolarisation des enfants
  • Garantir les droits de l’homme, de la femme et de l’enfant
  • Suspension des accords de Dublin et leur révision
  • Régularisation des sans-papiers et arrêt des expulsions
  • création d’un guichet unique en Préfecture qui regrouperait tous les intervenants auxquels ont affaire les réfugiés et les migrants : Préfecture, département, ville, service juridique du tribunal, caf, ccas, organismes de logements…
  • Réquisition par le Préfet du Loiret des bâtiments et logements vides, publics comme privés
  • Mettre en place un plan international solidaire de lutte contre les inégalités sociales et économiques
  • Relancer l’aide publique au développement
  • que la France prenne des initiatives pour des solutions politiques et économiques durables pour favoriser le règlement pacifique de tous les conflits en cours et en particulier l’instauration d’une paix durable au proche et au Moyen Orient, mais aussi créer les conditions d’un monde économiquement juste et solidaire.

 

Premiers signataires : PCF, CGT, Mouvement de la Paix Orléans/Loiret, Collectif des Femmes Kurdes du Loiret, PG, AL, Orléans Loiret Palestine..

%d blogueurs aiment cette page :