Sommes-nous complices ? Les limites de l’aide humanitaire dans les Territoires palestiniens occupés – Publications | Médecins Sans Frontières

Sommes-nous complices ? Les limites de l’aide humanitaire dans les Territoires palestiniens occupés

Auteur : Jason Cone directeur général de MSF USA

Type : Articles / Tribunes

Publication : 8 Juillet 2015

Themes : bande de Gaza

Texte de Jason Cone, directeur général de MSF USA, rédigé lors d’une visite réalisée pour MSF au mois d’avril dernier dans les Territoires occupés palestiniens et publié sur Mediapart.

La puanteur de l’urine, des déjections et des pneus brûlés remplit l’air tandis que j’ouvre la portière de ma voiture à Kafr Qaddum, au nord de la Cisjordanie. Comme un relent de l’affrontement quasi permanent entre colons et soldats israéliens d’un côté, Palestiniens de l’autre.

Prise au piège, la famille Abu Ehabhabite une maison sur une pente menant directement à une route contestée de Kafr Qaddum. La famille élève des poules à l’étage et vit au rez-de-chaussée, protégé tant bien que mal des gaz lacrymogènes, des pneus en flammes et des jets de pierre.

viaSommes-nous complices ? Les limites de l’aide humanitaire dans les Territoires palestiniens occupés – Publications | Médecins Sans Frontières.

#SummerInGaza : un an après l’offensive – Dossiers | Médecins Sans Frontières

Dossier » #SummerInGaza : un an après l’offensive » 10 Juillet 2015

Bande de Gaza, septembre 2014, après l’offensive militaire israélienne de l’été. © Yann Libessart/MSF

Ce dossier spécial rassemble des informations sur nos activités menées pendant l’offensive de 2014, ainsi que des témoignages de terrain de l’époque, mais il fait aussi le point sur la situation dans la bande de Gaza en 2015, un an après la dernière opération israélienne.

Tout au long de cet été, retrouvez nos prises de parole de l’année dernière grâce au hashtag

#SummerInGaza

sur Facebook et Twitter

Lors de l’opération militaire israélienne « Bordure protectrice » durant l’été 2014, MSF était présente en continue depuis plus de 14 ans dans la bande de Gaza, dans les Territoires palestiniens, comme elle l’avait été pendant les opérations « Plomb durci » en 2008-2009 et « Pilier de défense » en 2012. MSF a ainsi pu soutenir les personnels de santé et la population gazaouie dès les premières heures de l’offensive, la plus meurtrière et la plus destructrice des trois offensives menées par Israël sur Gaza depuis 2008. À ce jour, Gaza est presque complètement isolée par un blocus imposé par Israël, qui a été renforcé par la fermeture quasi-totale du passage de Rafah vers l’Egypte depuis octobre 2014.

via#SummerInGaza : un an après l’offensive – Dossiers | Médecins Sans Frontières.

OPINIONS :: CHRONIQUES :: BDS est bon pour les Israéliens

BDS est bon pour les Israéliens

Michel Warschawski

AU PIED DU MUR

Uri Avneri est incontestablement aujourd’hui le doyen du mouvement israélien contre l’occupation et la politique de guerre des gouvernements israéliens. Combattant infatigable, et alors qu’il a fêté il y a bientôt deux ans ses 90 ans, on peut le rencontrer dans les rassemblements militants dont la majorité des participants pourraient être ses arrière-petits-enfants. Uri m’honore aussi de son amitié, et j’en tire une certaine fierté. Nous n’avons pas toujours partagé les mêmes analyses et positions, en particulier sur la guerre de 1948, où il a combattu dans l’unité d’élite des Renards de Samson. Si Uri Avneri continue à considérer cet événement comme une guerre de libération nationale, je suis quant à moi d’avis qu’il s’agissait d’une guerre coloniale d’épuration ethnique de la Palestine. De même a-t-il appelé en 1967 à la conquête de Damas et, quelques mois plus tard, votait l’annexion de Jérusalem-Est.

Depuis une vingtaine d’années, nos points de vue se sont beaucoup rapprochés, et rares sont les sujets sur lesquels nos opinions divergent. Le positionnement sur la campagne BDS – Boycott, désinvestissement, sanctions – est l’un de ces sujets.

Dans une interview sur Arte, Uri explique qu’il est opposé à BDS, campagne qui pousserait les Israéliens modérés dans les bras de la droite. Il y aurait, selon lui, un réflexe d’autodéfense face à des pressions internationales, réflexe qui affaiblirait le mouvement contre l’occupation. Un argument similaire avait été employé par certains libéraux blancs en Afrique du Sud, contrecarré par les militants blancs de l’ANC qui ne cessaient de répéter «boycottez-nous!»

Nous, militants du «Boycott de l’intérieur», le clamons également, sans aucune hésitation. Contrairement à ce qu’affirme mon ami Uri Avneri dans le reportage d’Arte, nous pensons que des pressions – politiques, diplomatiques, économiques, sportives et culturelles – ne sont pas seulement un acte moralement juste, mais un moyen pour nous, Israéliens, de gagner l’opinion publique israélienne. La campagne BDS nous permet de montrer que les opinions publiques, voire certains Etats ou entreprises internationales, s’éloignent d’Israël, car celui-ci est devenu un Etat voyou qui ne respecte aucune règle du droit international. BDS nous permet de dire que pour regagner la sympathie du monde, il faut mettre fin à l’occupation coloniale et appliquer l’ensemble des résolutions des Nations Unies sur le conflit en Palestine.

KLP, la plus grande compagnie d’assurances norvégienne, vient d’annoncer qu’elle retirait ses investissements d’entreprises norvégiennes (HeidelbergCement et Cemex) qui participent à la mainmise israélienne sur des carrières palestiniennes, violant ainsi la Quatrième Convention de Genève et la Convention de La Haye. Pour Uri Avneri, cette décision est une erreur. Il se trompe: c’est une des meilleures choses qui nous arrivent, à nous Israéliens, pour nous aider à sortir du sentiment d’impunité qui nous pousse inéluctablement vers le mur où nous nous massacrerons nous-mêmes. Il suffit d’ailleurs, pour s’en convaincre, d’écouter les réactions hystériques de Benjamin Netanyahou et de certains de ses ministres.

* Militant anticolonialiste israélien, fondateur du Centre d’information alternative (Jérusalem/Bethléem).

viaOPINIONS :: CHRONIQUES :: BDS est bon pour les Israéliens.

Les cultivateurs de Gaza peuvent enfin exploiter leurs terres | Comité international de la Croix-Rouge

Les cultivateurs de Gaza peuvent enfin exploiter leurs terres

Article10 JUILLET 2015

Soigner la terre, cultiver l’espoir

Des centaines d’hectares de terres agricoles le long de la frontière de Gaza avec Israël ont été détruits lors du conflit en 2014. Des maisons et des systèmes d’irrigation ont également été détruits ou gravement endommagés. L’impact sur l’économie locale a été immense, laissant de nombreux cultivateurs sans aucune source de revenu pour subvenir aux besoins de leurs familles.

 

CC BY-NC-ND/ICRC/N. Alwaheidi

Pour aider les cultivateurs locaux à reprendre pied, le CICR a contribué à enlever les restes explosifs de guerre dans leurs champs, et travaillé sans relâche pour remettre à niveau les terres agricoles dévastées, afin de les rendre à nouveau arables.

 

 

viaLes cultivateurs de Gaza peuvent enfin exploiter leurs terres | Comité international de la Croix-Rouge.

La Campagne BDS France répond à Roger Cukierman du CRIF

La Campagne BDS France répond à Roger Cukierman du CRIF

15 JUILLET 2015 |  PAR AGENCE MÉDIA PALESTINE

Par Michèle Sibony, Union Juive Française pour la Paix (UJFP), Verveine Angeli, Union Syndicales Solidaires, Ramzi Kébaili, Parti de Gauche (PG), Gisèle Felhendler, Sortir du Colonialisme, Alain Pojolat, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Gustave Massiah, Initiatives Pour Un Autre Monde (IPAM)

 

Le CRIF se pose en donneur de leçon en évoquant un camp de la paix qu’il n’a jamais cessé d’attaquer. Instigateur de manifestations de soutien aux opérations meurtrières de répression contre Gaza, le CRIF a pour seul combat la défense forcenée du régime israélien. Ce qui est devenu une officine pro-israélienne en France est donc fort mal placé pour prétendre éduquer à la solidarité internationale et à la paix. Il  veut oublier  l’engagement de dizaines d’ organisations  membres de BDS France,  dans toutes les luttes  contre le racisme le fascisme et le colonialisme   hier et aujourd’hui   dans le monde, et ici leur soutien aux sans papiers, aux migrants, aux Rroms.

viaLa Campagne BDS France répond à Roger Cukierman du CRIF.

Palestine occupée : Rejoignez la Résistance ! Rejoignez le Mouvement de Solidarité Internationale en Palestine – ISM

Palestine occupée – 7 mai 2015

Rejoignez la Résistance !

Rejoignez le Mouvement de Solidarité Internationale en Palestine

Par ISM

Ces derniers mois, les militants présents sur le terrain ont constaté une escalade de la violence contre les Palestiniens. Il est urgent que des bénévoles internationaux soutiennent la résistance non violente de la base populaire palestinienne contre l’occupation israélienne.

viaPalestine occupée : Rejoignez la Résistance ! Rejoignez le Mouvement de Solidarité Internationale en Palestine – ISM.

Le Mouvement de Solidarité Internationale (International Solidarity Movement – ISM) est un mouvement sous direction palestinienne engagé dans la résistance à l’oppression enracinée et systématique et à la dépossession de la population palestinienne en se servant de principes et de méthodes d’actions directes non violentes. ISM travaille là où les internationaux peuvent être les plus efficaces : nous marchons en solidarité avec les Palestiniens dans les manifestations, nous répondons à la violence, aux menaces, aux démolitions de maison et à la confiscation des terres par l’armée et les colons israéliens.

La menace des ordres de démolition signifie que nous sommes présents dans des lieux comme Jérusalem, Hébron et la Vallée du Jourdain. Nous répondons aux violations des droits de l’homme en soutenant les prisonniers politiques palestiniens. Ceci inclut de témoigner devant les tribunaux militaires israéliens, de faire campagne et de soutenir les familles qui ont des proches emprisonnés. A Hébron, nous accompagnons les enfants qui rencontrent la violence et l’intimidation sur le chemin de l’école. Dans les collines du Sud d’Hébron, nous aidons les fermiers et les bergers qui sont harcelés par les colons et les forces d’occupation lorsqu’ils essaient de travailler sur leurs propres terres. Dans la Vallée du Jourdain, nous travaillons avec les habitants pour reconstruire ce que l’armée israélienne détruit, pour soutenir les communautés qui résistent pour rester sur place. A Gaza, nous accompagnons les fermiers et les pêcheurs dans les zones où ils sont exposés à la violence massive de l’armée israélienne. ISM documente et rapporte constamment les violations quotidiennes des droits de l’homme commises par l’Etat d’Israël. ISM travaille pour que cesse le silence sur les crimes d’Israël.

Vous pouvez faire partie de cette résistance. ISM fonctionne sous direction palestinienne mais n’a pas de leader, et nous soutenons les Palestiniens dans leur lutte contre l’occupation depuis 2001. Pour nous, la solidarité veut dire que nous sommes un outil que les Palestiniens utilisent dans leur résistance populaire. Nous sommes conscients qu’en tant qu’internationaux travaillant sous l’apartheid israélien, notre position est privilégiée. Nous avons des droits qui sont niés aux Palestiniens. Lorsque nous sommes arrêtés, nous sommes emmenés à un poste de police et nous avons le droit d’avoir un avocat. Quand les Palestiniens sont arrêtés, ils sont emmenés à des bases militaires où ils subissent une détention indéfinie sans avocat ni procès équitable. ISM utilise les privilèges des internationaux pour soutenir la résistance populaire palestinienne. Nous pensons que notre présence en tant qu’internationaux soutenant des actions menées par les Palestiniens peut un peu les protéger des pires excès de la violence d’Israël.

Pour plus d’informations sur notre travail et sur la situation en Palestineoccupée, visitez notre site (en anglais) : palsolidarity.org.

Si vous envisagez de rejoindre ISM-Palestine, contactez-nous à : palreports@gmail.com

De nombreuses informations pratiques sur la réalisation de votre séjour avec ISM en Palestine occupée (en anglais) sur notre page Join us in Palestine.

Pour les militants francophones :
– Site web : ISM-France
– Contact : contact@ism-france.org

En Solidarité,
International Solidarity Movement, Palestine