Gaza : Le Blocus de Gaza en Chiffres – Déni et Privation continuels Rapport du 14 juin 2015 – Ma’an Development Center Gaza

Le blocus asphyxiant de Gaza par Israël entre maintenant dans sa neuvième année, avec un impact dévastateur croissant sur les vies des 1,8 million de Palestiniens. Le blocus de Gaza a créé une situation humanitaire précaire que la fermeture du passage frontalier de Rafah contrôlé par l’Égypte, la porte de sortie principale vers le monde extérieur, aggrave.

Les chiffres ci-dessous, ainsi que les histoires des Gazaouis ordinaires, illustrent quelques-uns des effets désastreux du blocus.

 

Restrictions à la libre circulation des personnes :

– 535 patients palestiniens, dont 86 enfants, n’ont pas été autorisés à recevoir un traitement médical à l’extérieur de Gaza en 2014. 160 autres patients, dont 16 enfants, ont subi le même refus en 2015. (1)

– Environ 550 étudiants n’ont pas été autorisés à passer par Erez pour aller poursuivre leurs études dans des universités étrangères depuis 2014. (2)

– Le terminal de Rafah entre Gaza et l’Égypte a été ouvert 122 jours en 2014. Au cours des quatre premiers mois de 2015, il n’a été ouvert que cinq jours. (3)

– Environ 30.000 Palestiniens, dont des patients et des étudiants, attendent de traverser en Égypte. Parmi eux, 17.000 sont inscrits comme prioritaires sur les listes du ministère palestinien de l’Intérieur à Gaza. (4)

Entrave à l’entrée de matériaux :

– Israël limite sévèrement l’importation à Gaza des agrégats, des barres de fer et du ciment, qui sont essentiels à la construction.

– Environ 800.000 camions de matériaux de construction sont indispensables pour construire maisons, écoles, structures sanitaires et autres infrastructures (5) qui ont été détruites ou endommagées : le taux d’entrée de matériaux de construction n’est que de 0,2 pour cent. A ce rythme, il faudra plus d’un siècle pour reconstruire Gaza. (6)

– 17.600 familles sont toujours sans abri du fait de la destruction de leur maison pendant l’attaque israélienne de 2014(7). Parmi elles, 1.031 familles sont hébergées dans ces centres collectifs de l’UNRWA et 481 autres dans des caravanes (8) en attendant la reconstruction de leur maison.

Effondrement économique :

– 72 pour cent des usines de Gaza ont fermé depuis 2007 à cause des restrictions sévères sur les importations, la presque-totale interdiction sur les exportations et les destructions causées par les opérations militaires israéliennes. (9)

– Le secteur des exportations de Gaza a pratiquement disparu et le secteur manufacturier connaît une réduction allant jusqu’à 60 pour cent. (10)

– Les pertes de PIB à Gaza depuis l’imposition du blocus en 2007 sont estimées à plus de 50 pour cent. (11)

– Le taux de chômage à Gaza est le plus élevé du monde, à 44 pour cent. (12)

Impact sur l’agriculture et les moyens d’existence :

– L’accès des fermiers à leurs terres dans les « Zones d’accès limité » ( Access Restricted Areas, ARA) (13), en particulier à l’intérieur des 300m depuis la clôture avec Israël, est interdit par l’armée israélienne et empêché par la force létale.

– Les ARA prennent jusqu’à 17 pour cent de la terre totale de Gaza. En effet, 35 pour cent des terres arables disponibles à Gaza sont d’une utilisation dangereuse pour les Palestiniens. Les zones les plus proches de la clôture frontalière ont les accès les plus limités. (14)

– Cinq civils palestiniens ont été tués et 131 ont été blessés dans les ARA en 2014. 17 autres personnes ont été blessées depuis le début de 2015.

– Les pêcheurs sont autorisés à accéder à 6 miles nautiques sur les 20 miles nautiques de la zone de pêche qui leur a été allouée par les Accords d’Oslo de 1993. Cette restriction empêche les pêcheurs d’accéder aux zones de pêche les plus riches, ce qui diminue les prises et les revenus.

– La marine israélienne a détenu 58 pêcheurs à l’intérieur de la limite des 6 miles en 2014 et 13 autres pendant les quatre premiers mois de 2015. (15)

– Les forces navales israéliennes ont confisqué 27 bateaux et endommagé 7 autres à l’intérieur de la limite des 6 miles en 2014. Au cours des quatre premiers mois de 2015, 4 bateaux ont été confisqués et 6 endommagés. (16)

– Environ 1.400 tonnes de capture sont perdues chaque année à cause des restrictions sur la zone de pêche de Gaza, ce qui prive l’économie de 26 millions de dollars par an. (17)

– Le nombre de pêcheurs à Gaza est de 3.500, (18) mais en pratique seuls 1.200 pêcheurs peuvent pêcher. (19)

– 95 pour cent des pêcheurs de Gaza reçoivent une aide internationale. (20)

– 57 pour cent de la population de Gaza souffre d’insécurité alimentaire (21) et près de 80 pour cent sont bénéficiaires d’aide. (22)

Effondrement de l’infrastructure d’eau et d’assainissement :

– 90 millions de litres d’eaux usées et partiellement traitées sont rejetés dans la Mer Méditerranée depuis Gaza à cause des coupures d’électricité et du manque de matériaux de construction, dont les pièces détachées, pour les installations de traitement des eaux usées.

– 97 pour cent de l’eau fournie par les réseaux municipaux est impropre à la consommation humaine. (23)

viaGaza : Le Blocus de Gaza en Chiffres – Déni et Privation continuels Rapport du 14 juin 2015 – Ma’an Development Center Gaza.

%d blogueurs aiment cette page :