Action pour la Palestine écrire à votre député ou sénateur de votre circonscription

Actions pour la Palestine :
Les parlementaires sont nos représentant Nationale, ils votent la politique Nationale et internationale de la France.
Nous devons construire des actions qui sont complémentaires aux manifestations.
Nous proposons que toutes les associations ou les personnes qui se retrouve dans ce courrier l’adresse à leur député par mail. Lettre au député ou sénateur
Plus nous serons nombreux à interpeller les élus de notre circonscription et plus nous serons entendu.
ne dites pas ce n’est rien, mais par la qualité de « votre sincérité  » peut bouleverser les coeurs !
Le courrier est ci joint :
ATTENTION : modifier les parties grises
=> l’entête, en écrivant votre nom et prénom et votre ville
=> Signer le courrier en bas.
=> Modifier le monsieur ou madame dans le début de la lettre et à la fin.
Sénateur
Jean Pierre Sueur :  jp.sueur@senat.fr
Site internet pour vérifier votre député locale http://www.senat.fr/senateur/sueur_jean_pierre01028r.html
 
Député : Olivier Carré  email  => ocarre@assemblee-nationale.fr
Site internet pour vérifier votre député local
Député Serge Grouard  email  =>  : sgrouard@assemblee-nationale.fr
Site internet pour vérifier votre député local
Député Valérie Corre email  => : vcorre@assemblee-nationale.fr
 Fraternellement.

NOM ET PRENON                                                                                      à  Orléans, le 18 juillet 2014

VILLE

 

 

 

Monsieur le député ou le sénateur

 

 

 

Objet : Demande d’intervention  publique pour la paix à Gaza

 

.

 

 

 

Monsieur le Député ou le Sénateur,

 

Plusieurs centaines de morts en 10 jours, parmi lesquels des femmes, des enfants en bas âge et ces 4 adolescents morts ce 16 juillet sur une plage. Le millier de blessés largement dépassé…Et combien de tragédies humaines et familiales adossées à tout cela, et autant de conséquences pour la suite ?

C’est le drame qui se joue en ce moment-même à Gaza, en Palestine. Et vous n’ignorez pas l’émotion et le sentiment de révolte éprouvés par de nombreux concitoyens devant ces faits.

 

Qui peut aujourd’hui ignorer les faits ? A Gaza les bombardements sont continus au quotidien, de jour comme de nuit, sur une population déjà affaiblie par un blocus de plus de 7 années. Et nous en sommes tous les témoins, via les médias du monde.

 

Que peut être la voix de la France et de sa représentation nationale face à une telle situation ? Celle qu’elle a toujours su bien porter : la voix de la paix. Celle de la juste dénonciation d’une asymétrie scandaleuse, entre l’une des armées les mieux équipées au monde et une population civile affaiblie par 7 années d’absence des denrées les plus basiques.

L’Etat d’Israël parle de terrorisme quand il ne déplore aucun mort et que Tel Aviv continue de vivre la nuit. Tandis que de l’autre côté, à Gaza, on prévient les habitants d’un bombardement imminent par…un premier bombardement !

La France porte historiquement la voix de l’humanisme et cela ne doit pas cesser. Comme elle l’a fait pour l’Iraq en 2003 et dans d’autres contextes de guerre. C’est ce qui fait notre grandeur, c’est ce qui fait notre honneur. Néanmoins, l’ensemble des déclarations du président Hollande depuis le début de l’attaque inhumaine contre Gaza ont porté un coup sérieux à cette voix. Elles ont été comme certains même à gauche l’ont dénoncé un blanc-seing à un massacre !
C’est pourquoi je m’adresse à vous. Notre passivité aujourd’hui, aura des conséquences demain, et votre attitude face à ce qui se passe à Gaza aura un poids considérable au vu de la gravité des évènements.

 

A Orléans, ce sont près d’un millier de personnes qui se sont déplacées à chacun des rassemblements et manifestations. A chaque fois sans échauffourées et dans le respect de l’ordre public.

 

C’est dans cette même démarche humanitaire et humaniste que je vous écris aujourd’hui. Car lorsqu’on accepte dans l’indifférence qu’un être humain soit tué injustement et impunément, c’est l’humanité entière qu’on assassine. Et un Palestinien ne vaut certainement pas moins qu’un autre être humain.

 

La Palestine de manière globale, et Gaza en particulier, ne connaissent que la guerre depuis plus de 60 ans ! L’occupation militaire, les privations alimentaires dues au blocus israélien, l’enfermement des check-points, la répression aveugle…

N’est-il pas dans l’ADN de la patrie des Droits de l’Homme que de dénoncer cette situation inacceptable et inhumaine qui n’a que trop duré ?

L’Etat d’Israël viole impunément les résolutions de l’ONU, les condamnations de la Cour Internationale de Justice (construction du Mur dit de sécurité, qui coupe les Palestiniens entre autres des ressources en eaux ou de leurs terres cultivées), le droit international de la guerre (Convention de Genève, droit humanitaire international) qui doivent protéger les civils.

Nous ne pouvons imaginer de paix durable sans justice.

 

A vous qui nous représentez devant la Nation tout entière et devant l’Histoire, je vous demande expressément de faire entendre notre voix auprès de vos collègues et de notre président de la République, au nom respect du droit international et de la dignité humaine.

Nous attendons de vous que vous interveniez de manière significative pour que l’État français agisse pour le bien et contribuer à faire respecter le Droit international dans cette région du monde, avec laquelle nous partageons énormément, ce qui nous donne une grande responsabilité.

 

En France, lors de la manifestation du 12 juillet à Paris, la LDJ (Ligue de Défense juive), groupuscule fascisant interdit en Israël et aux Etats-Unis s’est expressément vanté d’avoir provoqué les heurts rue de la Roquette et de manipulation des faits afin que les autorités s’en prennent aux manifestants et à l’idée de manifester pour dénoncer le sort fait au Palestiniens.

 

Je vous demande donc d’agir :

  • pour la levée totale et définitive du blocus de Gaza et la réouverture permanente des points de passage
  • pour la mise en place d’une commission d’enquête internationale sur les crimes commis
  • pour la suspension immédiate des accords d’association entre l’Europe et Israël jusqu’au respect, par ce dernier, des conventions de Genève et des résolutions de l’ONU
  • pour la mise en œuvre des résolutions de l’ONU.

 

Je vous prie, Monsieur le député ou le sénateur, d’agréer l’expression de mes sentiments citoyens distingués,

 

 

Non Prénom

Ou Association

%d blogueurs aiment cette page :