URGENCE GAZA RASSEMBLEMENT SUIVI D UNE MANIFESTATION MARDI 18 JUILLET 18 H PLACE D’ ARC DANS LE CALME ET LA DIGNITE EN RESPECT DES MARTYRS DE GAZA

 

 

 

 

Les bombardements doivent cesser !

 

Solidarité avec le peuple palestinien !

 

Le jeune pales­tinien Mohamed Abu Khdeir et trois jeunes ado­les­cents israé­liens ont mal­heu­reu­sement payé de leur vie l’absurdité d’une situation ter­rible qui dure depuis plus de soixante ans au Proche-​​Orient. Nous regrettons toutes les morts, d’autant plus quand il s’agit de civils, de per­sonnes vul­né­rables, d’enfants. Nous apprenons avec indi­gnation la manière dont est mort le jeune pales­tinien Mohamed Abu Khdeir : obligé à boire de l’essence avant d’être aspergé et brulé vif. La haine qui s’exprime dans cet acte odieux dépasse l’imaginable.

 

Depuis plu­sieurs semaines, l’escalade de la vio­lence envers la popu­lation pales­ti­nienne ne cesse de croître à Gaza comme en Cisjordanie. De nom­breux appels au meurtre de pales­ti­niens se mul­ti­plient et sont cau­tionnés par les auto­rités israé­liennes qui ne cessent de déshu­ma­niser les pales­ti­niens et leurs mou­ve­ments politiques. Cette vio­lence se mani­feste au quo­tidien et a été récemment illustré par le tabassage par des poli­ciers masqués d’un jeune mani­festant amé­ricano pales­tinien qui réagissait à la mort hor­rible de son cousin pales­tinien brulé vif. Cette recru­des­cence de la vio­lence, ne doit pas masquer la volonté hégé­mo­nique de l’État israélien ni la conti­nuité de la poli­tique d’accaparement des terres par l’annonce du gou­ver­nement israélien de l’accélération de la colonisation.

 

 

Nous affirmons notre profond désaccord à la réponse mili­taire et à l’arsenal de guerre dis­pro­por­tionné de l’État israélien lancé contre les popu­la­tions civiles pales­ti­niennes (raids et tueries). Cette vio­lence d’État vise à rem­placer des enquêtes sérieuses sur les meurtres tant des Israé­liens que des Pales­ti­niens, comme si les ana­thèmes tenaient lieu de justice.

 

Nous dénonçons toutes les vio­lences de l’Etat d’Israël : les vil­lages détruits, les terres volées, les popu­la­tions poussées à l’exil dans des camps de réfugiés qui s’éternisent, les blocus affamant et infamant, l’humiliation quo­ti­dienne des bar­rages ou cheik-​​ points, le

 

détour­nement de l’eau, les des­truc­tions de bâti­ments, la spo­liation des loge­ments, l’implantation des colonies, la torture, les vies brisées, la non recon­nais­sance du droit des pri­son­niers, des enfants pri­son­niers, du droit des mino­rités, cultu­relles et religieuses, le refus de l’autodétermination du peuple pales­tinien, du droit inter­na­tional, l’instauration d’un mur qui coupe les familles, les villages…

 

Nous demandons à François Hollande, au ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius, au représentant de la France à l’ONU d’intervenir dès maintenant en faveur de la paix au Proche-Orient. Durant sa campagne présidentielle, François Hollande avait pris 60 engagements. Le 59ème concernait la Palestine : « Je prendrai des initiatives pour favoriser, par de nouvelles négociations, la paix et la sécurité entre Israël et la Palestine. Je soutiendrai la reconnaissance internationale de l’État palestinien ». Devant l’urgence, les promesses doivent se transformer en actes. Les Palestinien-(nes) ont droit à un État libre, viable et indépendant. La France doit reconnaître la Palestine comme État, comme plus de 130 autres pays l’ont fait, et agir avec force sur le plan international pour que la justice, la paix et le droit international soient enfin respectés.

 

Appel signé par : AL , ASLA , CGT 45, Jeunes CGT , LDH Orléans, LDH Région Centre, MJCF,   PCF , NPA,  OLP 45, Palestine 45, Parti de gauche, SUD Etudiants , UJFP.

 

 

mardi

Étiquettes :
%d blogueurs aiment cette page :