Archive for septembre, 2013

28 septembre 2013

APPEL A MOBILISATION ORLEANS CONTRE L’ISLAMOPHOBIE le 30 septembre 2013 13 h 30 devant le tribunal d Orléans Rue de la Bretonnerie par un collectif de citoyens orléanais engagés contre toutes les discriminations, le CCIF, l’UAMO, et le CAAL

 

appelproçesAPPEL A MOBILISATION

ORLEANS CONTRE L’ISLAMOPHOBIE

le 30 septembre 2013 13 h 30 devant le tribunal d Orléans Rue de la Bretonnerie

par un collectif de citoyens orléanais engagés contre toutes les discriminations,

le CCIF, l’UAMO, et le CAAL

Un collectif de citoyens orléanais et d’organisations locales et nationale appelle à mobilisation le lundi 30 septembre 2013 à partir de 13h30 devant le Tribunal d’Orléans.

Son parties à cet appel :

–        le CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France)

–        l’UAMO (Union des Associations musulmanes de l’Orléanais)

–        le CAAL (Comité contre le fascisme et le racisme du Loiret).

Pourquoi ce rassemblement ?

Le 26 juillet dernier a eu lieu le jugement de l’auteur d’une triple-agression islamophobe, raciste et sexiste dans l’agglomération. Le prévenu, confondu par des faits corroborés, a été condamné à plusieurs mois de prison ferme + sursis, et placé immédiatement en mandat de dépôt.

Nous avions alors rassemblé près de 200 personnes

Le 30 septembre a lieu l’appel de ce jugement, suite à la demande du condamné.

Pour notre collectif de citoyens et d’organisations locales et nationale, engagés dans la lutte contre ce fléau incessant qu’est l’islamophobie, la sanction de la Justice doit sans aucun doute être à la hauteur du culot d’un homme extrêmement violent :

–        par les mots : « Sale arabe » […] « Je déteste votre religion » […] « Vous êtes une sale race » […] « Vous les femmes arabes, vous servez à rien… »

–        à travers un déchaînement, des coups portés avec haine, et à la clé plusieurs jours d’ITT pour chaque victime, toutes trois des femmes, avec notamment la destruction d’un appareil auditif et un tympan percé pour l’une d’elle, une femme âgée portant le voile.

Nous donc, citoyens orléanais et organisations locales et nationale engagés dans la lutte contre l’islamophobie et contre toutes les formes de discriminations, appelons à soutenir par une présence la plus importante possible ce lundi les trois victimes, dont le traumatisme récent est encore bien présent.

Nous espérons que la justice renforcera sa décision du 26 juillet dernier, afin d’asseoir l’idée que les actes islamophobes, mais aussi racistes et sexistes n’ont pas leur place en France en général, et à Orléans en particulier.

Nous ferons en sorte que chaque partie de cet appel soit représentée ce lundi, et les journalistes qui le souhaiteront pourront s’adresser aux référents présents à partir de 13h30 au Tribunal d’Orléans, rue de la Bretonnerie.

Merci de votre attention, et à lundi !

 

18 septembre 2013

Vallée du Jourdain : Vallée du Jourdain : 50 familles sans abri après la démolition de Makhoul par l’armée israélienne doccupation – Solidarity Movement for a Free Palestine

Vallée du Jourdain – 18 septembre 2013Vallée du Jourdain : 50 familles sans abri après la démolition de Makhoul par l’armée israélienne doccupationPar Solidarity Movement for a Free PalestineLundi 16 septembre 2013, à 5 heures du matin, plus d’une centaine de soldats de l’armée israélienne doccupation, des jeeps et trois bulldozers ont investi le village de Makhoul où vivent 50 familles, et ont démoli entièrement le village en moins de 3 heures. La troupe est arrivée tôt le matin pour fermer la zone d’accès à Makhoul et pouvoir ensuite commencer le travail de démolition du village, engendrant destruction systématique et terrorisme. 82 personnes vivaient à Makhoul, où sont rattachées 50 familles selon les derniers chiffres, et un bébé âgé de seulement 2 jours était sur les lieux lors de la démolition. Aucun délai n’a été accordé aux villageois pour sauver leurs effets personnels ; et les affaires récupérées par les soldats, dans ce qui a tout d’abord semblé être un accès soudain d’humanité, ont finalement été rapidement détruites par ces mêmes soldats.

viaVallée du Jourdain : Vallée du Jourdain : 50 familles sans abri après la démolition de Makhoul par l’armée israélienne doccupation – Solidarity Movement for a Free Palestine.

16 septembre 2013

Quatre heures à Chatila — Jean GENET

Quatre heures à Chatila

Jean GENET

Note de la rédaction – Du 16 au 18 septembre 1982, l’horreur s’est abattue dans les camps palestiniens de Sabra et Chatila à Beyrouth. Durant plus de 40 heures, près de 3000 Palestiniens ont été décimés par des miliciens phalangistes libanais armés et protégés par les forces d’occupation israéliennes. Un massacre planifié et orchestré par l’armée israélienne.

En septembre 1982, Jean Genet accompagne à Beyrouth Layla Shahid, devenue présidente de l’Union des étudiants Palestiniens. Le 16 septembre ont lieu les massacres de Sabra et Chatila par les milices libanaises, avec l’active complicité de l’armée israélienne qui vient d’envahir et d’occuper le Liban . Le 19 septembre, Genet est le premier Européen à pouvoir pénétrer dans le camp de Chatila. Dans les mois qui suivent, il écrit « Quatre heures à Chatila », publié en janvier 1983 dans La Revue d’études palestiniennes.

Ce texte magnifique, réquisitoire implacable contre les responsables de cet acte de barbarie, ne commence pas par évoquer l’horreur du charnier. Il commence par le souvenir des six mois passés dans les camps palestiniens avec les feddayin, dix ans avant le massacre de Sabra et Chatila

viaQuatre heures à Chatila — Jean GENET.

16 septembre 2013

Devoir de mémoire :Sabra et Chatila, retour sur un massacre, par Pierre Péan (Le Monde diplomatique)

Sabra et Chatila, retour sur un massacre

Dans les territoires de Cisjordanie et de Gaza, l’armée israélienne poursuit sa politique d’occupation, de blocus des villes, de destruction des institutions civiles, de chasse aux militants, d’assassinats ciblés. Pour la première fois, elle a reconnu qu’elle utilisait des « boucliers humains » dans ses opérations, un crime de guerre selon les conventions internationales. C’est un long calvaire qui se poursuit ainsi. Le massacre de Sabra et Chatila perpétré il y a vingt ans, en septembre 1982, qui vit l’assassinat de centaines de civils dans les camps du Liban par les milices libanaises de droite, sous l’œil complice des soldats israéliens, est vécu par les Palestiniens comme une étape supplémentaire dans une histoire ponctuée de massacres et d’exactions, de Deir Yassine à l’opération « Rempart », en passant par Qibya. Pour eux, le passé, c’est encore le présent.

viaSabra et Chatila, retour sur un massacre, par Pierre Péan (Le Monde diplomatique).