Archive for août, 2013

29 août 2013

Les Accord D’ Oslo ont 20 ans :Orléans Loiret Palestine et le PCF du Loiret accueille à Orléans un des acteurs de cette négociation, Ziyad Clot, qui était membre de la délégation de l’Organisation de Libération de la Palestine : Mercredi 18 SEPTEMBRE – 18h30 Fédération du PCF – 5, rue Marcel Proust à Orléans

18septembre

26 août 2013

France : De retour de Gaza, disponible pour témoigner avant de repartir – ISM-France le 09 septembre 20 h Maison des associations 46 ter rue Sainte Catherine Orléans sur invitation d ‘ Orléans Loiret Palestine

De retour de Gaza, disponible pour témoigner avant de repartirPar ISM-FranceSarah Katz, militante dISM, est de retour dun séjour de 8 mois à Gaza fin octobre 2012/fin juin 2013, avant dy repartir fin septembre prochain.Elle y était pendant lattaque de larmée sioniste en novembre 2012, elle est sortie en mer avec les pêcheurs de Gaza confrontés au blocus maritime et aux tirs des canonnières 1, elle a accompagné les fermiers dans la zone-tampon, où ils font leurs récoltes sous les balles, elle a visité les familles des blessés et des martyrs.Elle témoignera de son expérience début septembre à Orléans 2, Tours et Blois.

viaFrance : De retour de Gaza, disponible pour témoigner avant de repartir – ISM-France.

Étiquettes :
25 août 2013

Appel à un rassemblement le samedi 26 octobre à Lannemezan. – Liberons Georges Ibrahim Abdallah

Liberté pour Georges Abdallah !

30 ans de prison, 30 ans de résistance !

Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste libanais âgé de 62 ans, arrêté à Lyon en 1984, a été condamné à la réclusion à perpétuité pour des actions revendiquées par les Fractions Armées Révolutionnaires Libanaises (FARL). Il entrera le 24 octobre 2013 dans sa 30ème année de détention.

C’est un résistant qui a combattu l’invasion israélienne du Liban en 1978. Il a combattu, notamment comme membre du Front Populaire de Libération de la Palestine, contre l’occupation de la Palestine.

Il a terminé sa peine de sûreté depuis 1999. Son maintien en captivité est un choix politique de l’État français appuyé par Israël et les États-Unis. A ce sujet, la DST (service secret français) a déclaré en 2007 : « Personnalité emblématique de la lutte anti-sioniste, la libération de Georges Abdallah constituerait sans nul doute, au Liban, un évènement. Il sera probablement fêté comme un héros à son retour dans son pays, mais aussi par différentes mouvances engagées dans la lutte révolutionnaire ».

Le rejet de sa huitième demande de libération conditionnelle en avril 2013, après de nombreuses manœuvres politico-judiciaires, montre bien la volonté de ne pas le libérer. Ce qui lui vaut cet acharnement, c’est de rester un militant anti-impérialiste et pro-palestinien implacable et de n’avoir jamais renié ses opinions.

Au Liban, dans le Monde arabe, mais aussi en Europe et dans le reste du monde, la lutte pour sa libération s’amplifie. Car seule une forte mobilisation populaire fera sortir Georges Abdallah de prison. Nous appelons à un rassemblement le plus large possible, le samedi 26 octobre 2013 à 14h à Lannemezan devant la prison où il est enfermé. Pour reprendre ses mots « Ensemble, camarades, nous vaincrons et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons ».

 

Palestine vivra, Palestine vaincra !

Libérez Georges Abdallah !

 

Manifestation le 26 octobre 2013

Rendez-vous à 14 h

devant la gare de Lannemezan

 

viaAppel à un rassemblement le samedi 26 octobre à Lannemezan. – Liberons Georges Ibrahim Abdallah.

25 août 2013

Appel pour une levée immédiate du siège du camp de Yarmouk à Damas

Pourquoi c’est important

Depuis plus d’un an, le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, un des neufs camps syriens, situé au sud de Damas est un champ de bataille et de ruines.

Toutes les entrées du camp de Yarmouk ont été fermées par les militaires empêchant les civils de se procurer des provisions. Depuis huit semaines, le seul et dernier accès au camp a été fermé par l’armée syrienne, aggravant une situation déjà critique. La population souffre de pénuries terribles et une famine commence à sévir, car plus rien n’entre ni sort du camp, et les réserves de nourriture sont pratiquement épuisées.

Accompagné d’une coupure complète de courant depuis cinq mois et d’un bombardement intense, ce blocus commence à générer une véritable catastrophe humanitaire. Les premiers signes sont manifestes. Plusieurs cas de déshydratation chez des enfants et nourrissons ont été identifiés. Certains cas, aigus, ont conduit à la mort des nourrissons comme la petite Jana Hassan, décédée faute de lait pour nourrisson alors que sa mère se trouvait de l’autre côté du barrage.

En raison des pénuries alimentaires et médicales, le camp Yarmouk est au bord de la catastrophe humanitaire, menaçant ainsi 70 000 ( ils étaient 170.000 avant le début du conflit ) civils environ à l’intérieur du camp. Palestiniens et Syriens, ils sont pour la plupart des femmes, des enfants et des familles démunies, prisonniers dans ce camp n’ayant nulle refuge ailleurs.

À la différence des autres zones assiégées à Damas et ses environs, les conditions géographiques, urbaines et matérielles du camp ne lui permettent pas de résister à un siège. La densité urbaine et la situation géographique le rendant inadapté à la culture agricole.

Plusieurs appels de détresse ont été lancés par les résidents du camp, en vain. Les derniers témoignages parlent de personnes obligées de se nourrir de viande de chats et de chiens, et de parents se privant de repas pour offrir un demi repas par jour à leurs enfants!

Nous lançons un appel à tous les organismes et organisations humanitaires pour agir, et en particulier, aux Nations unies représentées par l’UNRWA. Nous condamnons le silence de ce dernier, en charge de répondre aux besoins essentiels des réfugiés palestiniens, sur le blocus imposé du camp de Yarmouk.

Que la faim soit un moyen de mise à mort, au début du 21e siècle et dans le silence du reste de l’humanité, est une honte pour toute l’humanité !

viaAppel pour une levée immédiate du siège du camp de Yarmouk à Damas.

14 août 2013

Procès BDS à Perpignan: une nouvelle victoire!

Pour diffusion large: Communiqué de la Campagne BDS France

Procès BDS à Perpignan: une nouvelle victoire!

La Campagne BDS France se félicite de la décision de justice rendue ce mercredi 14 Août par le Tri­bunal de Grande Ins­tance de Per­pignan qui relaxe les accusés.

Après trois ans de procédures et de reports, Jeanne, Yamina et Bernard, poursuivis par des officines du lobby pro israélien en France, comme le « Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme » (BNVCA) ont été jugés sur le fond le 20 juin dernier pour « incitation à la haine, à la discrimination, et à la violence » suite à une action Boycott, Désinvestissement, Sanctions auprès des consommateurs du magasin Carrefour de Perpignan, les appelant au boycott des produits exportés par Israël, dénonçant la colonisation au travers des produits issus des colonies illégalement commercialisés par Israël.

Une centaine de personnes (dont une délégation d’Alençon) s’est retrouvée ce 14 août devant le Palais de justice pour le rendu du jugement.

Le tribunal a constaté:

– la nullité de la citation concernant les discours et les écrits (les discours et les écrits incriminés ne sont pas précisés),

– la relaxe concernant les affiches et les imprimés en raison de défaut d’élément matériel (rien qui ne ressemble à une provocation à la discrimination, la haine ou la violence ou à une entrave à l’exercice d’une activité économique).

C’est une première victoire pour le mouvement de solidarité qui depuis trois ans apporte son soutien à nos trois camarades et bien entendu pour la Campagne BDS.

C’est un message à ceux qui nous ont accusés, ils ne feront jamais taire notre solidarité au peuple palestinien en tentant de criminaliser nos actions militantes.

Nous saurons dans 10 jours, si les parties civiles ou le parquet font appel.

Les nombreuses décisions de justice rendues jusqu’ici (Mulhouse, Paris, Bobigny…) sur ces fausses affaires reconnaissent toutes que les militants qui s’inscrivent dans l’appel du Boycott, Désinvestissement, Sanctions n’ont rien à voir avec le racisme ou la haine.

En réalité ils luttent par des actions citoyennes et pacifiques contre l’impunité de l’Etat d’Israël, et ses innombrables violations des droits humains et du droit international.

Il est temps aujourd’hui que la ministre de la justice prenne acte de l’inanité de la circulaire dite "Michèle Alliot Marie" qui n’était qu’une tentative du gouvernement précédant d’instrumentaliser la justice au profit d’une cause politique.

Pour que la justice puisse être rendue sereinement et pour que les actes véritablement racistes soient sanctionnés sans amalgame avec une légitime action citoyenne, cette circulaire doit être abrogée.

Les tribunaux français viennent de le rappeler à nouveau, le boycott d’Israël est légal.

La prochaine décision pour un procès BDS sera rendue le 19 Septembre à Alençon, ou sept autres militant-es sont également poursuivis.

Plus que jamais la campagne BDS pour l’isolement politique de l’état d’Israël doit continuer et se renforcer jusqu’à ce que justice soit enfin rendue au peuple palestinien.

Site : campagnebdsfrance

Source:


http://www.bdsfrance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=2656%3Aproces-bds-perpignan-une-nouvelle-victoire&catid=49%3Aactualites&lang=fr

PHOTOS ET COMMUNIQUE DE SOLIDARITE INTERNATIONALE PROCES BDS:

https://plus.google.com/photos/103443993096431512362/albums/5901729666818519121?banner=pwa


http://www.bdsfrance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=2594%3Aplus-de-150-organisations-internationales-soutiennent-les-militants-bds-poursuivis-en-france&catid=49%3Aactualites&lang=fr


http://www.bdsmovement.net/2013/150-orgs-stand-french-repression-11117