Le CRIF attaque Jean-​​Claude Lefort, président de l’AFPS – http://​www​.france​-palestine​.org – Association France Palestine Solidarité

Le CRIF attaque Jean-​​Claude Lefort, président de l’AFPS

mardi 23 avril 2013

Le pré­sident du Conseil Repré­sen­tatif des Ins­ti­tu­tions Juives de France, Richard Pras­quier, a engagé une pro­cédure judi­ciaire pour « dif­fa­mation » à l’encontre du pré­sident de l’Association France Palestine Soli­darité, Jean-​​Claude Lefort.

Le pré­sident du Conseil Repré­sen­tatif des Ins­ti­tu­tions Juives de France, Richard Pras­quier, a engagé une pro­cédure judi­ciaire pour « dif­fa­mation » à l’encontre du pré­sident de l’Association France Palestine Soli­darité, Jean-​​Claude Lefort.

Le 18 décembre 2011, Salah Hamouri était enfin libéré des geôles israé­liennes. A peine sorti il était l’objet d’attaques immondes. A la suite d’une interview, l’agence « Reuters » publie le 20 décembre une dépêche indi­quant odieu­sement que Salah estimait que le rabbin Youssef Ovadia « méritait de mourir ». Un faux total gra­vissime. Aucun guillemets, et pour cause, sur ces paroles qui sont attri­buées à Salah.

Salah dément sur le champ par un com­mu­niqué public. Il indique n’avoir jamais tenu pareils propos. Branle-​​bas parmi les diplo­mates… L’agence « Reuters » dément à son tour et publie un cor­rectif le jour même. Mais le mal est fait…

Sur le site du CRIF, Richard Pras­quier, reprend ces « propos » et publie le 20 décembre une tribune à la « Une » par­ti­cu­liè­rement agressive contre Salah. Il s’en prend à ceux qui vont le recevoir en France dans des termes vio­lents. Jean-​​Claude Lefort envoie deux mes­sages à Pras­quier, via l’adresse du site du CRIF, pour lui demander de modifier et de rec­tifier, et il demande à Richard Pras­quier de pré­senter ses excuses à Salah et à sa famille, en raison des mises au point dont il ne peut manquer d’avoir connais­sance. Rien n’y fait. Aucune réponse. Le texte est maintenu. Pire, des sites extré­mistes se réclamant du « judaïsme », s’emparent de ce faux et appellent ni plus ni moins à une ven­geance contre Salah. Un site publie à sa « Une » : « Salah Hamouri mérite-​​t-​​il de mourir ? ». Le même site s’en prend à la mère de Salah, Denise, qui « devrait avoir honte d’avoir mis au monde un ter­ro­riste ». Honteux.

Dans ce lourd contexte, et alors que la venue de Salah est annoncée en France quelques mois plus tard, un texte est publié sur le site de l’AFPS où il y est dénoncé, notamment, ces méthodes de Richard Pras­quier et ces sites extré­mistes qui mettent en cause l’intégrité phy­sique de Salah. C’est dans ce cadre que Richard Pras­quier, sans avoir envoyé la moindre demande de mise au point à publier sur le site, a intenté un procès en dif­fa­mation à notre pré­sident qui est par ailleurs res­pon­sable du site. Ce procès aura lieu le 26 avril au Palais de Justice de Paris. Salah sera présent.

Nous, orga­ni­sa­tions soli­daires du peuple pales­tinien et de l’application au Proche-​​Orient de la justice et du droit, affirmons ici notre soutien total à Jean-​​Claude Lefort, et à l’Association France Palestine Solidarité.

Pre­miers signa­taires : AFPS ; Col­lectif Judéo Arabe et Citoyen pour la Palestine ; UAVJ ; NPA ; Les Alter­natifs ; CMF ( col­lectif des musulmans de France) ; PCF ; Alliance for Freedom and Dignity – AFD ; Courneuve-​​Palestine ; EELV ; LIFPL ; CICUP ; ATMF ; Anecr ; FASE ; CVPR PO ; Les Femmes en noir ; PSM ; Mou­vement de la paix ; UJFP ; Droit Soli­darité ; Gauche Uni­taire ; Union syn­dicale Soli­daires ; Femmes Egalité ; FSU ; PCOF, CCIPPP, Géné­ration Palestine ; MJCF…

viaLe CRIF attaque Jean-​​Claude Lefort, président de l’AFPS – http://​www​.france​-palestine​.org – Association France Palestine Solidarité.

Samer Issaoui cesse sa grève de la faim contre une promesse de libération – Assawra

Samer Issaoui cesse sa grève de la faim contre une promesse de libération

mardi 23 avril 2013, par La Rédaction

Un Palestinien détenu en Israël, en grève de la faim par intermittence depuis août 2012, a accepté de cesser son mouvement de protestation en échange d’une promesse de libération, a indiqué son avocat à l’AFP dans la nuit de lundi à mardi.

Hospitalisé près de Tel-Aviv dans un état critique, Samer Issaoui, 33 ans, a commencé à reprendre des vitamines lundi soir à la suite d’un accord avec les autorités israéliennes, a précisé son avocat Jawad Boulos.

Aux termes de cet accord, qui doit être officiellement scellé mardi, M. Issaoui, accusé d’activités « terroristes » par Israël, sera libéré au bout de huit mois à compter de la fin de sa grève de la faim, a ajouté Me Boulos. Il sera autorisé à regagner son domicile familial à Issawiya, un quartier de Jérusalem-Est, le secteur à majorité palestinienne.

Les autorités israéliennes avaient d’abord accepté de libérer « immédiatement » le détenu mais à condition qu’il s’exile dans la bande de Gaza, ce que Samer Issaoui avait refusé. Israël avait aussi proposé à l’Union européenne de l’expulser vers un de ses Etats membres, une initiative rejetée par le gréviste de la faim.

Arrêté en 2002 et condamné à 26 ans de prison pour « activités militaires », Samer Issaoui avait été libéré en 2011 dans le cadre d’un échange de prisonniers palestiniens contre le soldat israélien Gilad Shalit.

Mais il avait été de nouveau arrêté en juillet 2012, Israël l’accusant de s’être rendu de Jérusalem-Est en Cisjordanie occupée pour y établir des « cellules terroristes » et réclamant qu’il effectue le reste de sa peine initiale, alors que le Palestinien affirmait y être allé pour réparer sa voiture.

Devenu une figure emblématique, Samer Issaoui, un militant du Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP, gauche marxiste), était le dernier des quatre détenus palestiniens menant une grève de la faim de longue durée : deux ont mis fin à leur mouvement en février et le troisième a été libéré et exilé en mars à Gaza pour 10 ans.

Israël détient près de 4.700 Palestiniens, la plupart pour des motifs de sécurité, dont environ 170 en détention administrative, c’est-à-dire sans inculpation ni procès, et 235 mineurs.

(23-04-2013 – Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion « Assawra »

faites la demande à l’adresse : Assawra1-subscribe@yahoogroupes.fr

Pétition

Non au terrorisme de l’Etat d’Israël

http://www.Assawra.Info/spip.php?article10

 

viaSamer Issaoui cesse sa grève de la faim contre une promesse de libération – Assawra.

Le collectif BDS Orléans vous invite à une grande journée de formation à la question palestinienne et à la campagne BDS Dimanche 28 Avril 2013 dès 10h00 au Siège du PCF d’Orléans

Le collectif BDS Orléans vous invite à une grande journée de formation à la question palestinienne et à la campagne BDS

Dimanche 28 Avril 2013 dès 10h00 au Siège du PCF d’Orléans

Nous aurons, à cette occasion, le plaisir d’accueillir un invité d’honneur, Fayez Taneeb, agriculteur palestinien de Tulkarem, en Cisjordanie occupée, qui témoignera de son travail, de sa lutte et de la résistance des paysans palestiniens et présentera ses projets solidaires (reboisement d’oliviers, commerce de dattes palestiniennes).

Au programme de cette journée :

10:00- 12:30 : Rappels historiques de la question palestinienne par les JC

12:30 – 14:00 : Pause – repas partagé

14:00 – 16:30 : Intervention de Fayez – Présentation de la Campagne BDS – Débat

16:30 – 18:00 : Visite Les Jardins de Cocagne d’Orléans (jardins maraîchers biologiques à vocation d’insertion sociale et professionnelle)

L’émission Radio Gaza du dimanche 14 avril 2013

L’émission Radio Gaza du dimanche 14 avril 2013

L’émission en français, «Bonjour de Gaza », du dimanche 14 avril 2013, émise à partir de la radio des jeunes journalistes, et présentée par Ziad Medoukh, a invité un professeur français, à Gaza depuis deux mois.

Ziad Medoukh a tout d’abord remercié l’Association France Palestine solidarité-AFPS- du Havre, ainsi que la ville de Gonfreville L’Orcher, près du Havre Cette Association a contribué à la venue de Vivian Petit dans la bande de Gaza afin d’y travailler au département de français de l’université Al-Aqsa

L’invité principal de l’émission était donc Vivian Petit, professeur français au département de français, et membre du Mouvement de la solidarité internationale pour Gaza.

Il a expliqué en commençant les circonstances de sa venue, puis il a témoigné de son travail au département de français.

Il a également parlé des étudiants et de leur motivation.

Il a donné ses impressions sur ce séjour dans une région sous blocus, il a témoigné des difficultés supportées par la population civile, et expliqué comment elle affrontait cette dure réalité.

Il a confié que jeune, déjà, il avait décidé de venir y travailler

Il a cité quelques actions menées par les solidaires internationaux dans la bande de Gaza, notamment avec les pêcheurs et les paysans.

Pour terminer, il a adressé un message aux amis français et Palestiniens.

Il y a eu cinq appels lors de cette émission. D’abord Sara Katz, solidaire française à Gaza, qui a interrogé l’invité sur les centres d’intérêt des jeunes de Gaza, ainsi que leur rapport avec l’autorité , Baraa Abou Khoussa, étudiante au département a remercié le professeur français de ses efforts, puis, Monsieur Jean Paul Le Coq, maire de Gonfreville L’Orcher, a parlé de l’implication de sa ville dans le développement de la Francophonie dans la bande de Gaza en y envoyant ce jeune professeur, il a évoqué aussi son engagement pour l’application du droit international en Palestine, sa visite à Gaza en 2009, et sa participation à la flottille de la liberté en 2011, Jean Lallemand, président de l’AFPS Le Havre, est ensuite intervenu, il a cité les différentes actions de son groupe dans la ville, et leur participation à la venue de Vivian à Gaza.

Finalement Khader de Roubaix a salué le courage de ce jeune engagé et son initiative de travailler à Gaza dans des conditions difficiles.

Les personnes qui ne sont pas parvenues à écouter l’émission en direct, peuvent la suivre depuis ce lien :

http://www.ustream.tv/recorded/31444857

Pour toutes propositions, remarques et suggestions, vous pourrez envoyer des SMS au :00972599881347, ou des courriels à l’adresse électronique : ziadmedoukh.

Je rappelle que vous pouvez suivre cette émission en direct et en image de chez vous, tous les dimanches à partir de 14h-heure française- sur le site: www.yjctv.ps, vous pourrez appelez l’émission au : 0097282863367

La prochaine émission sera une émission exceptionnelle ; elle aura lieu le mercredi 17 avril 2013, de 14h à 15h, heure française, seront invités les représentants de deux associations de solidarité : Palestine 13 de Marseille, et Palestine 33 de Bordeaux, actuellement en visite dans la bande de Gaza.

Merci beaucoup de votre soutien, de vos encouragements, de votre fidélité à notre émission, et de votre confiance.

Ziad Medoukh

Mise a jour avec le lettre de la cgt le 16 avril 2013 /Discriminations à la gare de Paris Nord extraits « Pour son arrivée en Gare du Nord, la SNCF a commandé 3 porteurs à sa filiale ITIREMIA afin de s’occuper des bagages de la délégation israélienne. La veille, le responsable de site s’était lancé dans un étrange « marché » au sein du personnel, excluant les « Noirs et Arabes », car il ne fallait « pas de salariés musulmans pour accueillir le Chef d’Etat israélien » !

LettreCGTpage1sourceLettreCGTpage2

tract sud rail peres

Tract et communiqué de presse de la Fédération Sud Rail

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le 8 mars 2013, M. Shimon PERES arrive à Paris dans le Thalys de 10h35. Cette visite a pour motif un plaidoyer pour la paix, entre les religions juive et musulmane.

Pour son arrivée en Gare du Nord, la SNCF a commandé 3 porteurs à sa filiale ITIREMIA afin de s’occuper des bagages de la délégation israélienne. La veille, le responsable de site s’était lancé dans un étrange « marché » au sein du personnel, excluant les « Noirs et Arabes », car il ne fallait « pas de salariés musulmans pour accueillir le Chef d’Etat israélien » !

Indignés, les salarié-e-s ont demandé des explications à leur responsable qui leur a répondu que cette mesure était prise pour des « raisons de sécurité ». A la question de savoir qui avait transmis ces instructions, le responsable de site a répondu aux salarié-e-s, dans un premier temps, que cela venait du protocole de la Gare du Nord, puis de l’Ambassade d’Israël, puis que cela venait du Ministère de l’Intérieur et de l’Ambassade d’Israël… Il semble en fait que ce soit bien la SNCF qui ait transmis, par courriel, des instructions au responsable de site ITIREMIA que celui-ci souhaite dissimuler.

Une déclaration/pétition a été envoyée par les salariés d’ITIREMIA de Paris Nord au Directeur de la filiale SNCF, pour dénoncer ces pratiques discriminatoires, en lui rappelant qu’ITIREMIA et la SNCF sont notamment signataires de la « Charte de la diversité ».

Le 13 mars 2013, les membres du CHSCT ont demandé une réunion extraordinaire de cette instance, tenue le 25 mars, et au cours de laquelle le Directeur d’ITIREMIA – également président du CHSCT – a confirmé que « les critères de choix pour accueillir M. PERES avaient été effectués en fonction de l’apparence des salariés » ! Il a tenté de se justifier en invoquant un « principe de précaution » pour « protéger les salariés de vexations qu’ils auraient pu subir de la part du Service de Protection des Hautes Personnalités et/ou du Corps Diplomatique »…

Quant aux « critères précis » de choix, la direction d’ITIREMIA n’a pas été en mesure de les fournir…
Mais en faisant le parallèle avec une situation similaire, le président du CHSCT a tout de même reconnu avoir fait un « choix confessionnel » parmi les salarié-e-s pour réaliser une « prestation bagages d’un groupe ».

Suite à cet aveu et aux éléments recueillis – ou pas – lors de la réunion, les membres du CHSCT ont décidé à l’unanimité de déclencher une enquête sur les accusations d’actes de discriminations à Paris Gare du Nord en marge de la venue du Chef de l’Etat israélien. L’enquête du CHSCT est en cours.

La fédération des syndicats SUD-Rail apporte son soutien aux salariés qui subissent ces pratiques discriminatoires, ainsi qu’aux représentants du personnel d’ITIREMIA de Paris Nord.

Nous exigeons de la SNCF qu’elle condamne publiquement ces pratiques, et y compris qu’elle détermine ses responsabilités dans ces discriminations. Il est inadmissible – d’autant plus pour une entreprise publique – qu’il puisse y avoir un « tri de salarié-e-s » pour exercer les missions du service public, et ce même dans les filiales !

Mercredi 10 avril 2013