Israël est un état d’apartheid (pas besoin d’un sondage).Ben White, Al Jazeera, 29 octobre 2012

Israël est un état d’apartheid (pas besoin d’un sondage).

 

 

Un nouveau sondage de Haaretz indique qu’une majorité des Israéliens juifs sont pour l’apartheid – mais ceci n’est pas nouveau.

 

Ben White, Al Jazeera, 29 octobre 2012

http://www.aljazeera.com/indepth/opinion/2012/10/20121027145235386715.html

 

Un sondage d’Israéliens juifs publié la semaine dernière dans le journal Haaretz [1] a fait les titres autour du monde avec ses révélations d’un soutien du public pour une politique discriminatoire. Certains ont acclamé les résultats de l’enquête comme une confirmation des affirmations faites par les critiques de l’État juif ; d’autres ont mis en avant ce qu’ils considèrent comme des fautes méthodologiques et de présentation des statistiques.

 

Mais il n’est pas besoin d’un tel sondage pour parvenir à la conclusion qu’Israël est coupable d’apartheid. Les faits parlent d’eux-mêmes.

 

D’abord, une clarification sur la terminologie. Parler d’apartheid israélien n’est pas suggérer une équivalence précise avec les mesures prises par le régime historique en Afrique du Sud. L’apartheid [2], d’après le droit international, est un crime indépendant de toute comparaison [3, 4, 5, 6]. Comme l’ancien rapporteur spécial de l’ONU John Dugard l’a mis en exergue de mon premier livre [7] : « C’est la version particulière israélienne d’un système universellement condamné ».

 

On ne peut pas comprendre ce « système » sans se souvenir que ses fondations ont été établies sur le nettoyage ethnique qui a eu lieu pendant la Nakba. Avec la mise en place d’Israël en 1948, près de 90 % des Palestiniens qui auraient été à l’intérieur du nouvel État furent expulsés, leurs biens confisqués, et le retour interdit. Alors que ces réfugiés étaient interdits de citoyenneté et leur droit au retour ignoré, Israël passait des lois pour ouvrir les nouvelles frontières aux Juifs de partout.

 

Ainsi, la seule raison pour laquelle Israël, une soi-disant « démocratie libérale », a une majorité juive est l’exclusion physique forcée – et qui se poursuit – des Palestiniens de chez eux. De 1948 à 1953, 95 % des nouvelles communautés juives ont été établies sur des propriétés de Palestiniens expulsés. Les terres appartenant à des réfugiés palestiniens expropriés par la « Loi sur les propriétés des absents » israélienne correspond à près de 20 % du territoire du pays avant 1967 [8].

 

Démographie manipulée

 

Aujourd’hui, près d’un quart des Palestiniens ayant la citoyenneté israélienne sont des « présents absents », leurs terres et leurs biens étant confisqués. Au milieu des années 1970, la communauté arabe à l’intérieur d’Israël avait perdu en moyenne 65 à 75 % de sa terre [9]. Depuis 1948, plus de 700 communautés juives ont été établies dans les frontières d’Israël d’avant 1967- mais seulement sept pour les citoyens palestiniens (celles-ci pour concentrer la population bédouine du Néguev).

 

Au cours des décennies, l’État d’Israël a visé à « judaïser » les zones du pays jugées avoir « trop » de citoyens palestiniens comparés aux Juifs, particulièrement dans les régions du Néguev et de la Galilée. Une stratégie en Galilée a été d’établir des communautés mitzpim (Hébreu : « postes de guet ») dont le but, d’après un planificateur de l’agence juive [10], était « d’empêcher les villages arabes à parvenir à une continuité territoriale et d’attirer une ‘forte’ population en Galilée ».

 

Dans le même temps, des dizaines de milliers de citoyens bédouins vivent dans des dizaines de « villages non reconnus », surtout dans le Néguev (quoique la « non reconnaissance » ne soit pas restreinte au sud, [11]). Ils souffrent de démolitions de maisons et de l’absence d’infrastructures de base. Le plan Prawer [12] est une nouvelle menace, avec des évictions de masse planifiées menaçant jusqu’à 70 000 Bédouins de déplacement forcé et de destruction de leurs villages.

 

Ce nettoyage ethnique planifié [13] est alimenté par le genre d’anxiété que Shimon Peres a exprimé devant des responsables étasuniens en 2005, quand il s’est inquiété qu’Israël avait « perdu » des terres au Néguev « pour les Bédouins » et devrait prendre des mesures pour « soulager » la « menace démographique ». Un haut responsable de l’agence juive expliquait en 2003 une nouvelle initiative de judaïsation au motif que « le taux de naissance des Bédouins et des Arabes de Galilée est bien plus élevé que celui des juifs » et donc « nous y perdons vite notre majorité » [14].

 

Un autre élément de ce régime de privilèges ethniques est constitué par les comités d’admission, qui opèrent dans environ 70 % des villes et villages israéliens et qui permettent (ou interdisent) l’habitation sur la base de « l’adéquation » sociale. En « rejetant les demandes » des citoyens palestiniens, les comités « ont été utilisés notoirement pour empêcher les Arabes de vivre dans les communautés rurales juives » (Human Rights Watch [15]).

 

Leur rôle est maintenant légalisé dans près de 42 % des communautés, et ceux qui ont soutenu la loi n’ont pas eu peur d’exprimer leurs motivations. Le député Israël Hasson (du parti « centriste » Kadima) a dit [16] que le but de la loi est de « préserver la capacité de réaliser en pratique le rêve sioniste », tandis que le député David Rotem (du parti de Lieberman Yisrael Beiteinu) a dit [17] que les Juifs et les Palestiniens devraient être « séparés mais égaux », affirmant que « Israël est un État juif et démocratique, pas un État pour tous ses citoyens » [18].

 

Séparés mais séparés

 

Le racisme institutionnalisé d’Israël a des conséquences sérieuses y compris pour le choix de mariage des Palestiniens. En janvier, la Cour suprême – un forum loué par les défenseurs « libéraux » de l’apartheid israélien – a confirmé une loi restreignant sévèrement la possibilité pour des citoyens israéliens de vivre avec des conjoints de Cisjordanie et de Gaza [19]. Pour l’opinion majoritaire, le juge Asher Grunis a écrit que « les droits de l’homme ne sont pas une prescription pour un suicide national » [20], – se référant au spectre « démographique » qui hante les régimes d’apartheid.

 

Le député Kadima Otniel Schneller [21] a loué la décision par ce qu’elle « articule la justification de la séparation entre les peuples et la nécessité de maintenir une majorité juive et le caractère [juif] de l’État », liant ceci à la formulation « deux Etats pour deux peuples » [22]. Ironiquement, ce slogan des « modérés » sionistes (oui, c’est tout relatif) fait écho à la rhétorique des politiciens de l’apartheid d’Afrique du Sud, qui avertissaient que « soit nous devons suivre la voie de l’égalité, qui doit finalement signifier un suicide national pour la race blanche, soit nous devons suivre la voie de la séparation » [23].

 

Il y a peu de place pour le désaccord. En 2007, l’agence de sécurité intérieure israélienne Shin Bet déclarait [24] qu’elle « bloquerait l’activité de tout groupe ou individu visant à nuire au caractère juif et démocratique de l’État d’Israël, même si une telle activité est autorisée par la loi ». En 2008, le directeur d’alors de l’agence a dit à des responsables US que beaucoup dans la « population arabe israélienne » poussent leurs droits « trop loin » [25]. La loi israélienne permet le bannissement de candidats aux élections qui refusent « l’existence de l’État d’Israël comme État du peuple juif », et des projets de loi peuvent être rejetés [26] parce qu’ils saperaient « l’existence Israël comme État du peuple juif » [27].

 

Alors que l’enquête de Haaretz en a choqué certains, elle ne devrait pas surprendre : de tels points de vue apparaissent souvent dans des enquêtes similaires. Par exemple dans les années récentes : plus de la moitié des Israéliens juifs disant qu’un mariage avec un arabe est « comme une trahison nationale » [28], 78 % des Juifs israéliens s’opposant à la présence d’arabes dans le gouvernement [29], 62 % des Juifs israéliens encourageant l’émigration des citoyens palestiniens [30] et 36 % des Israéliens juifs en faveur de la révocation du droit de vote des non-juifs [31].

 

De tels résultats sont entièrement prévisibles si vous regardez le discours propagé par les leaders israéliens. Le premier ministre Netanyahu, alors ministre des finances en 2003, décrivait les citoyens palestiniens comme un « problème démographique » [32], tandis qu’en 2009, le ministre du logement actuel déclarait qu’il est un « devoir national » de « prévenir l’expansion » des citoyens palestiniens [33]. En 2010, le président du « Comité d’études pour des solutions de logement pour les jeunes couples » déclarait [34] que « c’est un intérêt national d’encourager les Juifs de partir vers » des lieux où « la population arabe augmente ». Quand Ehud Olmert était maire de Jérusalem, il considérait que « c’est préoccupant quand la population non juive augmente beaucoup plus vite que la population juive » [35].

 

La même logique raciste est derrière les sortes d’avertissements délivrés par le premier ministre Netanyahu quand il dit que les « infiltrés illégaux » – les réfugiés africains non-juifs et les immigrants – pourraient menacer l’existence du pays « en temps qu’État juif et démocratique » [36]. Dans d’autres pays, c’est le langage de la frange d’extrême droite ; en Israël, discuter de la « menace » constituée par les citoyens palestiniens et par les autres non-juifs est de la routine.

 

Politique à base raciale

 

Et qu’en est-il de la politique israélienne dans les territoires occupés, sous joug militaire depuis 45 ans ? À Jérusalem, continuellement vendu par les leaders israéliens comme la capitale « éternelle » du pays, les habitants palestiniens [37] de la partie orientale annexée font face à des restrictions de planification [38], à des démolitions de maisons [39], à de la discrimination dans les services municipaux, et au mur d’apartheid destructeur des communautés [40]. Parlant au programme Hardtalk de la BBC en juillet 2011, le maire Barkat confirmait ouvertement [41] qu’il vise à maintenir une majorité juive dans la ville – imaginez que le maire de Londres, de New York ou de Paris déclare que les résidents juifs ne doivent pas dépasser un certain pourcentage.

 

Plus de 300 000 citoyens israéliens vivent dans les colonies de Cisjordanie (plus 200 000 à Jérusalem Est), un réseau de colonies au sein d’une population palestinienne sans citoyenneté [42]. La liberté de mouvement des Palestiniens est contrôlée par un système bureaucratique de « permis », contrôlés par 500 check-points et obstacles. La grande majorité du mur d’apartheid, de 700 km et à 70 % complet ou en construction, réside à l’intérieur de la Cisjordanie occupée. L’illégalité de cette annexion de facto a été confirmée par la Cour internationale de justice (CIJ) dans son avis consultatif de 2004 [43].

 

Dans 60 % de la Cisjordanie (« zone C »), les Palestiniens doivent demander des permis de construction aux forces israéliennes d’occupation ; cependant d’après un rapport de l’ONU de 2008, 94 % des demandes sont refusées. Construire illégalement et c’est la démolition. En Israël, en 2011, Israël a démoli 620 structures appartenant à des Palestiniens en Cisjordanie [44], dans le cadre de ce que l’UE a appelé « un transfert forcé de la population originelle » [45]. Pendant ce temps, grues et excavatrices opèrent dans les prospères colonies illégales israéliennes.

 

Israël exploite aussi les ressources naturelles de Cisjordanie comme dans son contrôle « discriminatoire » [46] de l’accès et de l’utilisation de l’eau : les Palestiniens, plus de 80 % de la population de Cisjordanie, sont réduits à 20% de l’eau du principal aquifère. Human Rights Watch a appelé le régime israélien en Cisjordanie un « système à deux niveaux » [47] où les Palestiniens font face à une « discrimination systématique » (la même terminologie a été utilisée pour décrire la politique à l’intérieur des frontières pré-1967 [48]).

 

La bande de Gaza, foyer de quelques 1,7 millions de Palestiniens, dont une majorité de réfugiés, est sous blocus de l’armée israélienne derrière des murs d’enfermement et des « zones tampon » (y compris en mer) [49]. Les restrictions de mouvements ont commencé au début des années 1990, un siège intensifié étant mis en place en 2006-2007 [50]. Jusqu’à présent, Israël bloque presque toutes les exportations du territoire, et poursuit ce qu’il appelle une politique de « séparation » dans le but de couper Gaza de la Cisjordanie [51].

 

En mars, le comité de l’ONU sur l’élimination de la discrimination raciale (CERD) a décrit les violations israéliennes du droit à l’égalité en des termes sans précédent [52]. Notons « la ségrégation entre communautés juives et non juives » et l’absence d’un « accès égal à la terre et à la propriété » dans les frontières d’Israël pré-1967, le CERD a trouvé un régime de « ségrégation de facto » en Cisjordanie suffisamment sévère pour susciter un rappel de la « prohibition » de « l’apartheid ».

 

Dans la totalité de la Palestine historique – Israël, la Cisjordanie et la bande de Gaza – l’État d’Israël règne sur environ 12 millions de personnes dont les droits et privilèges sont déterminés sur une base discriminatoire. Des millions d’autres sont exclus collectivement du pays (parce qu’ils sont palestiniens). C’est un régime prévu pour maintenir la domination d’un groupe au détriment d’un autre. C’est l’apartheid.

 

Ben White est un journaliste free-lance, écrivain et militant, spécialisé sur Palestine Israël. Il est diplômé de l’université de Cambridge. Il est l’auteur de ‘Israeli Apartheid, a Beginner’s Guide’ (Pluto Press, 2009) et de ’Palestinians in Israel, Segregation, Discrimination and Democracy’ (Pluto Press, 2011).

 

Notes :

 

[1] Haaretz, 23-10-2012: Survey: Most Israeli Jews wouldn’t give Palestinians vote if West Bank was annexed.

 

[2] SA academic study finds that Israel is practicing apartheid and colonialism in the Occupied Palestinian Territories. http://www.hsrc.ac.za/Media_Release-378.phtml

 

[3] International Convention on the Elimination of All Forms of Racial Discrimination.
http://www2.ohchr.org/english/law/cerd.htm

 

[4] http://www.unhcr.org/refworld/docid/3ae6b3c00.html

 

[5] Protocol Additional to the Geneva Conventions of 12 August 1949, and relating to the Protection of Victims of International Armed Conflicts (Protocol I), 8 June 1977.

http://www.icrc.org/ihl.nsf/FULL/470?OpenDocument

 

[6] Rome statute of the international criminal court.

http://untreaty.un.org/cod/icc/statute/99_corr/cstatute.htm

 

[7] Israeli Apartheid, A Beginner’s Guide. http://www.plutobooks.com/display.asp?K=9780745328874

 

[8] Systematic discrimination.

http://en.qantara.de/Systematic-Discrimination/19419c20594i1p497/index.html

 

[9] Ian Lustick. Arabs in the Jewish State: Israel’s control of a national minority.

http://books.google.co.uk/books/about/Arabs_in_the_Jewish_State.html?id=rg27AAAAIAAJ&redir_esc=y

 

[10] The view from the hilltops. http://www.haaretz.com/print-edition/features/the-view-from-the-hilltops-1.318985

 

[11] Israel: Grant Status Long Denied to Arab Village in Central Israel.
http://www.hrw.org/news/2010/10/08/israel-grant-status-long-denied-arab-village-central-israel

 

[12] The Prawer Plan. http://adalah.org/eng/?mod=articles&ID=1589

 

[13] Israel: Ethnic cleansing in the Negev.

http://www.aljazeera.com/indepth/opinion/2012/10/2012102114393741506.html

 

[14] New Effort To Settle Galilee, Negev.

http://www.thejewishweek.com:8080/news/new_york/new_effort_settle_galilee_negev

 

[15] Off the Map. Land and Housing Rights Violations in Israel’s Unrecognized Bedouin Villages.
http://www.hrw.org/en/reports/2008/03/30/map-0

 

[16] Knesset to water down bill barring Arabs from Jewish towns. http://www.haaretz.com/print-edition/news/knesset-to-water-down-bill-barring-arabs-from-jewish-towns-1.331707

 

[17] Can’t we all just get along – separately? http://www.haaretz.com/news/national/can-t-we-all-just-get-along-separately-1.345450

 

[18] NGOs to petition against ‘racist laws’.

http://www.jpost.com/DiplomacyAndPolitics/Article.aspx?id=213560

 

[19] Israel’s High Court of Injustice.

http://www.aljazeera.com/indepth/opinion/2012/09/20129301249522275.html

 

[20] Human rights equated with national suicide.

http://www.aljazeera.com/indepth/opinion/2012/01/20121121785669583.html

 

[21] Schneller: Citizenship law ruling supports two-state logic.

http://www.jpost.com/Headlines/Article.aspx?id=253293

 

[22] Israel and Palestine: Two states, two peoples.

http://www.aljazeera.com/indepth/opinion/2012/05/201254104915143654.html

 

[23] Israel’s demography obsession has historical echo. http://electronicintifada.net/comment/2749

 

[24] PMO to Balad: We will thwart anti-Israel activity even if legal. http://www.haaretz.com/news/pmo-to-balad-we-will-thwart-anti-israel-activity-even-if-legal-1.215790

 

[25] US embassy cables: US talks to Israeli security chief about Arabs and Gaza.

http://www.guardian.co.uk/world/2011/apr/07/israel-gaza2

 

[26] Knesset blocking of MK Tibi’s bills censors Palestinian minority. http://972mag.com/knesset-blocking-of-mk-tibis-bills-censors-palestinian-minority/33709/

 

[27] Tibi bills disqualified for undermining Jewish state.

http://www.jpost.com/DiplomacyAndPolitics/Article.aspx?id=253874

 

[28] ‘Marriage to an Arab is national treason’. http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3381978,00.html

 

[29] Presentation of the 2007 Israeli Democracy Index. http://en.idi.org.il/events/democracy-index/presentation-of-the-2007-israeli-democracy-index/

 

[30] Presentation of the 2006 Israeli Democracy Index. http://en.idi.org.il/events/democracy-index/presentation-of-the-2006-israeli-democracy-index/

 

[31] Poll: 36% of Jews want to revoke Arabs’ voting rights. http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3969831,00.html

 

[32] Netanyahu: Israel’s Arabs are the real demographic threat. http://www.haaretz.com/print-edition/news/netanyahu-israel-s-arabs-are-the-real-demographic-threat-1.109045

 

[33] Housing Minister: Spread of Arab population must be stopped. http://www.haaretz.com/news/housing-minister-spread-of-arab-population-must-be-stopped-1.279277

 

[34] Fighting ‘Arabization’ or solving housing shortage?

http://www.jpost.com/Israel/Article.aspx?id=166483

 

[35]

 

[36] Israel PM: illegal African immigrants threaten identity of Jewish state.

http://www.guardian.co.uk/world/2012/may/20/israel-netanyahu-african-immigrants-jewish?CMP=twt_gu

 

[37] East Jerusalem. http://www.acri.org.il/en/category/east-jerusalem/

 

[38] No Home, No Homeland. http://fr.scribd.com/doc/78750902/No-Home-No-Homeland-Executive-Summary

 

[39] Jerusalem Day 2012: Unprecedented Deterioration in East Jerusalem.

http://www.acri.org.il/en/2012/05/16/poverty-in-east-jerusalem/

 

[40] The Separation Barrier in Jerusalem. http://eng.ir-amim.org.il/?CategoryID=173

 

[41] HARDtalk with Nir Barkat Mayor of Jerusalem PART 1.wmv.

http://www.youtube.com/watch?v=Q2KtTMm5GhQ

 

[42] Land Expropriation and Settlements Statistics. http://www.btselem.org/settlements/statistics

 

[43] Legal Consequences of the Construction of a Wall in the Occupied Palestinian Territory. http://www.icj-cij.org/docket/index.php?pr=71&code=mwp&p1=3&p2=4&p3=6&ca

 

[44] OCHA Overview.

http://domino.un.org/unispal.nsf/3822b5e39951876a85256b6e0058a478/27b79d59eb7b35678525798b005567fa?OpenDocument

 

[45] EU report: Israel policy in West Bank endangers two-state solution.

http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/eu-report-israel-policy-in-west-bank-endangers-two-state-solution-1.406945

 

[46] Israel rations Palestinians to trickle of water.

http://www.amnesty.org/en/news-and-updates/report/israel-rations-palestinians-trickle-water-20091027

 

[47] Israel/West Bank: Separate and Unequal.
http://www.hrw.org/news/2010/12/18/israelwest-bank-separate-and-unequal

 

[48] Israel: End Systematic Bias Against Bedouin . http://www.hrw.org/news/2008/03/30/israel-end-systematic-bias-against-bedouin

 

[49] http://ochaopt.org/documents/ocha_opt_special_focus_2010_08_19_english.pdf

 

[50] Chart: how Israel’s blockade of Gaza has gutted its economy.

liberalconspiracy.org/2012/06/12/chart-how-israels-blockade-of-gaza-has-gutted-its-economy/

 

[51] It’s time to focus on Israel’s separation policy, not just the siege.

http://www.middleeastmonitor.com/articles/debate/4146-its-time-to-focus-on-israels-separation-policy-not-just-the-siege

 

[52] Israel: Segregation, discrimination and forced displacement.

http://blogs.independent.co.uk/2012/03/21/israel-segregation-discrimination-and-forced-displacement/

 (Traduction JPB pour CCIPPP)

%d blogueurs aiment cette page :