Archive for juin 20th, 2012

20 juin 2012

Christophe Oberlin sur la question de l’examen de médecine : « Il n’y a pas une bonne réponse »

20 juin 2012

Soutien à Nabil Al-Raee et Zakaria Zubeidi – Tournée du « Bus de la Liberté »

Chers signataires de notre pétition, ( olp est signataire ndlr )

Nous vous avons alertés sur les arrestations arbitraires de Nabil Al-Raee, directeru artistique du Théâtre de la Liberté de Jénine et de Zakaria Zubeidi qui en est l’un des fondateurs. Nous nous sommes élevés contre ce harcèlement. Or, le dernier mail du Freedom Theatre nous informe que la détention de Nabil par les Israéliens est prolongée de 7 jours et celle de Zakaria par l’Autorité palestinienne de 15 jours. Ils ne peuvent toujours pas recevoir la visite de leur avocat.

Vous pouvez montrer votre soutien en signant la pétition : http://www.avaaz.org/po/petition/Li… Malgré le harcèlement constant des autorités et de l’armée d’Israël, le Freedom Theatre organise une tournée du « Bus de la Liberté » dans les villes de Cisjordanie.

Il s’agit d’une tournée de 9 jours de théâtre-forum prévue fin septembre 2012, inspirée par les marcheurs de la liberté du mouvement américain des droits civils et par les récents marcheurs de la liberté de Cisjordanie.Pour cette tournée les acteurs se forment aux techniques du Playback Theatre : approche interactive qui vise à construire des liens sociaux et à dépasser des traumatismes. Ainsi les spectateurs sont volontaires pour apporter des éléments de leur expérience de vie et les comédiens et les musiciens improvisent à partir de leurs témoignages.

Le Freedom Theatre compte sur la participation d’artistes et d’acteurs culturels de divers pays afin de donner le maximum de retentissement à cette initiative. Aussi nous faisons-nous le relais de ce souhait en vous proposant de participer à la tournée (ou de la soutenir par des messages et/ou des contributions financières). Le programme est visible sur internet :

http://www.freedombus.ps/freedom-bu… Et les inscriptions peuvent se faire à l’adresse suivante : http://www.freedombus.ps/join-the-ride/.

Nous pensons que cette initiative est de la plus haute importance dans un contexte de banalisation de l’occupation où le Freedom Theatre est la cible de tracasseries et de violences qui montrent bien la portée de la résistance culturelle qu’il met en œuvre.

Bien à vous

Le Bureau de l’association ATL-Jénine :

Sonia Fayman, Zahia Oumakhlouf, Sabine Lagrange, Marie José Elhaimer, Maryvonne Prestavoine, Saadia Cheyrouze

20 juin 2012

Des Universitaires soutiennent le Professeur Oberlin

Pour ceux qui auraient raté le début de l’histoire, voici un article du Monde:
http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/06/14/une-enquete-universitaire-ouverte-apres-une-question-sur-gaza-lors-d-un-examen_1718695_3224.html

http://www.aurdip.org/Communique-de-l-AURDIP-sur-les.html

Un enseignant de l’université Paris-Diderot, dans le cadre d’un examen de médecine humanitaire, a demandé aux étudiants d’appliquer les critères de classement du droit international à un exemple précis, tiré d’un épisode du conflit israélo-palestinien. L’exemple était décrit de manière purement factuelle. Le président de l’université, M. Vincent Berger, a pourtant réagi très vivement à cet examen par un communiqué à tout le personnel de l’université : il y conteste le bien fondé de la question, accuse l’enseignant de déroger au principe de laïcité et de neutralité de l’université, et annonce une enquête. Plusieurs autres réactions sont venues appuyer ce communiqué.

L’AURDIP, Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine, est extrêmement préoccupée par ces réactions, qui nous paraissent, dans l’état des informations données par la présidence, contrevenir au principe de laïcité et de neutralité, à la différence de la question incriminée. Il semble normal que des éléments de droit international soient enseignés aux étudiants de médecine humanitaire, et que ces étudiants apprennent à les appliquer à des situations concrètes (situations qu’ils sont susceptibles de rencontrer dans l’exercice de leur métier). Il fait pleinement partie des attributions pédagogiques d’un universitaire qui enseigne ce sujet de soumettre une telle situation à ses élèves pendant un examen et de leur demander de la qualifier juridiquement ; un enseignant qui ne proposerait pas de tels cas concrets pourrait, à juste titre, se le voir reprocher.

Aucun choix de conflit réel ne pourrait en lui-même être considéré comme neutre. Le traitement de la situation, en revanche, peut et doit l’être, dans le cadre de l’université. Or, rien dans la description fournie par la présidence, qui ne concerne que le choix de l’exemple, ne permet de juger que l’enseignant a failli sur ce point.

Faut-il en conclure qu’aucun événement lié au conflit israélo-palestinien ne peut être mentionné dans un cours ? Que toute référence à ce conflit (même lorsqu’elle ne contient comme ici aucune allusion à une religion quelconque) doit être interprétée comme une atteinte à la laïcité ? Ceci nous paraît manifester des prises de position idéologiques justement contraires à l’objectivité.

Voici déjà longtemps que les universités françaises censurent les débats sur la Palestine. L’AURDIP s’inquiète de ce que la censure des opinions s’étende désormais à celle des faits. Elle y voit un grave danger pour la liberté d’expression et la valeur même de l’enseignement dispensé dans les universités.

Ivar Ekeland, président honoraire de l’université Paris-Dauphine, président de l’AURDIP

Sonia Dayan-Herzbrun, professeur à l’université Paris-Diderot, vice-président de l’AURDIP

Joseph Oesterlé, professeur à l’université Pierre-et-Marie-Curie, vice-président de l’AURDIP