11 juillet 2016

Amnesty international … Israël – Gaza : impunité pétition a signer

Source : Israël – Gaza : impunité

amnesty

Messieurs,
Il y a deux ans l’offensive israélienne contre la bande de Gaza a coûté la vie à près de 1 500 personnes, en plus de laisser des dizaines de milliers de survivants dans un dénuement presque total.

Le plus préoccupant se trouve toutefois dans l’impunité dont bénéficient les responsables de ces actes criminels. Pour ces raisons, nous vous appelons en votre qualité d’autorité compétente à veiller à ce que la justice soit rendue.
Monsieur le Premier Ministre israélien,
J’appelle le gouvernement israélien à réformer son système d’enquêtes nationales concernant les allégations de violation du droit humanitaire
Avant tout, les autorités israéliennes doivent mettre pleinement en ouvre les recommandations de la Commission Turkel en veillant :
– à ce que l’organisme chargé de toute enquête soit indépendant des organismes chargés de la mise en oeuvre, de la conduite et des conseils sur les attaques israéliennes;
– à introduire une législation incorporant tous les crimes de guerre non repris dans la loi israélienne, et donnant aux responsables militaires et civils une responsabilité pénale en ligne avec la loi internationale;
– à fournir régulièrement des informations publiques sur les progrès des enquêtes dans le respect de délais raisonnables à tous les stades de l’investigation;
– à fournir aux victimes les réparations dûes et l’accès à un recours effectif.
Monsieur le Vice-Président du Bureau politique du Hamas,
Je dénonce fermement les exécutions sommaires et les exécutions extrajudiciaires, les attaques visant des civils et les attaques aveugles, ainsi que les tirs de roquettes non discriminants qui ont régulièrement visé les villes israéliennes.
Je vous exhorte à rendre public l’état de vos enquêtes sur les exécutions sommaires et les abus connexes commis à Gaza au cours du conflit de 2014, et également à rendre publiques les mesures prises pour assurer que ces enquêtes soient conformes aux normes internationales.
Monsieur le Procureur général par intérim du Gouvernement palestinien de consensus,
Je vous exhorte à veiller à ce que de véritables enquêtes criminelles indépendantes soient menées concernant les crimes de guerre commis par les Palestiniens pendant et après la guerre de 2014, et que les responsables soient poursuivis au cours de procédures excluant le recours à la peine de mort.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Vice-président, Monsieur le Procureur général,  l’assurance de ma haute considération.

 

 

9 juillet 2016

Débat public: Liberté d’expression dites-vous? 7/7 Mustapha Ettaouzani – UAMO

8 juillet 2016

Solidarité avec nos frères et sœurs de Gaza – BNC, le 7 juillet 2016

Dix ans de siège, deux ans depuis le massacre israélien de 2014 – il est grand temps de rendre des comptes et qu’un embargo militaire à double sens soit lancé sur Israël !

Source : Solidarité avec nos frères et sœurs de Gaza – AURDIP

Solidarité avec nos frères et sœurs de Gaza
BNC, le 7 juillet 2016
http://www.aurdip.fr/solidarite-avec-nos-freres-et.html

Dix ans de siège, deux ans depuis le massacre israélien de 2014 – il est grand temps de rendre des comptes et qu’un embargo militaire à double sens soit lancé sur Israël !

Un message du Comité National Palestinien de BDS, la plus large coalition d’organisations de la société civile palestinienne qui dirige le mouvement de Boycott, de Désinvestissement et de Sanctions (BDS) pour les droits des Palestiniens.

Il y a deux ans, Israël a engagé une attaque militaire brutale sur les Palestiniens de Gaza, au cours de laquelle plus de 2 300 Palestiniens ont trouvé la mort et où 100 000 personnes ont été déplacées.

Israël a délibérément attaqué des zones entières occupées par des civils à Gaza et a infligé autant de souffrances humaines qu’il a pu. L’ONU et les organisations de défense des droits humains ont documenté les crimes de guerre commis par Israël pendant le massacre.

Gaza vient d’entrer dans sa dixième année de siège, une politique décrite par l’historien israélien Ilan Pappe comme un « génocide progressif ». Le siège a presque complètement empêché une reconstruction significative depuis l’attaque de 2014.

Comme Abdulrahman Abunahel, notre coordinateur à Gaza le dit, « un de mes soucis est que plus Israël maintient le siège de la plus grande prison à ciel ouvert du monde , plus la communauté internationale officielle s’adapte et accepte la réduction graduelle et délibérée de Gaza en une prison inhabitable où près de 2 millions de Palestiniens sont confrontés à une mort lente ».

« Mais en tant que réfugié vivant à Gaza, il ne suffit pas d’appeler à la fin du siège israélien. Il nous faut développer notre campagne BDS jusqu’à ce que le peuple palestinien puisse exercer son droit à l’autodétermination, y compris le droit des réfugiés au retour dans leur maison ».

Aidez nous à faire passer le mot : cliquez icipour partager notre présentation graphique sur Gaza et la campagne pour un embargo militaire sur Facebook

Israël est capable de mener ses attaques militaires violentes et de réprimer la résistance populaire palestinienne en toute impunité. Comme l’établit notre fiche Links that Kill fact sheet (Fiche sur les Liens qui tuent), Israël ne peut faire cela que grâce à l’énorme commerce des armes et à la coopération militaire, dont la recherche, qu’il maintient avec divers pays dans le monde.

Au cours de la période 2009-2018, les États Unis ont fourni une aide militaire à Israël d’une valeur de 30 milliards de dollars. Pour la seule année 2014, l’UE a exporté pour plus d’un milliard de dollars d’armes vers Israël (essentiellement d’Allemagne) et les importations en Europe d’armes israéliennes ont atteint le montant gigantesque de 1,6 milliards de dollars en 2015.

Tandis que l’Inde, la Colombie et le Brésil demeurent les premiers importateurs d’armes israéliennes, il a été récemment révélé que des livraisons d’armes israéliennes ont servi à des crimes contre l’humanité au Rwanda et au Sud Soudan, entre autres.

Israël se sert de ses attaques criminelles contre les Palestiniens pour tester sa technologie militaire et ensuite exporter ses armes « testées sur le terrain ». Jusqu’à 85% de la production de l’industrie israélienne d’armement sont exportés et 60% de la production mondiale de drones sont israéliens.

Israël ne se contente pas d’opprimer les Palestiniens – il exporte son modèle implacable de sécurisation et de répression militarisée dans le monde. Depuis les rues de Ferguson jusqu’aux favelas de Rio et aux frontières de la forteresse Europe, les armes israéliennes et des techniques cruelles maintiennent l’oppression.

Notre campagne pour un embargo à double sens contre Israël se développe. Plus d’une douzaine de banques ont désinvesti de Elbit Systems à cause de son rôle dans la violence militaire d’Israël, par exemple.
Partagez s’il vous plaît notre présentation sur Facebook et consultez notre fiche explicative pour plus d’idées sur la manière de s’engager.

Nous venons de publier un tour d’horizon de l’impact et du développement du mouvement BDS jusqu’en 2016. Nous sommes stimulés par la façon dont le mouvement continue à grossir et à défier le soutien international aux crimes d’Israël, bien qu’Israël fasse tout ce qu’il peut pour attaquer et saper notre mouvement. Regardez ce bilan et pensez à le partager avec votre famille, vos amis, et vos collègues.

Merci pour votre soutien continu à notre lutte non violente pour la liberté, la justice et l’égalité.

Le Comité National Palestinien BDS (BNC)

 

8 juillet 2016

Débat public: Liberté d’expression dites-vous? 6/7 Charles Henry Michel – Animateur socio-culturel

7 juillet 2016

Débat public: Liberté d’expression dites-vous? 5/7 Zaineb – Parcours d’une médecin

6 juillet 2016

Débat public: Liberté d’expression dites-vous? 4/7 Rachid Chraîbi répond à M.Grouard Collectif ACIDE Collectif ACIDE

La 4eme vidéo est en ligne.
Rachid Chraïbi, habitant de l’agglomération Orleansaise à souhaité répondre à Serge Grouard en s’appuyant notamment sur la rencontre entre lui et Mohamed Khoutoul.
Rencontre « privé » qui a été publié fin avril par la république du centre, à ete organiser dans les locaux du journal.
Malgré les nombreuses déclarations, Serge Grouard à préfèré débattre avec une personne plutôt proche de lui.

5 juillet 2016

Débat public: Liberté d’expression dites-vous ? 1/7 Ali Jefrani – Stop aux Discri,donne son point vue sur la « Lettre aux Musulmans de France » de M. le député et ex-maire d’Orléans, Serge Grouard.

Première vidéo de notre débat public du Jeudi 26 mai 2016:
Liberté d’expression dites-vous ?

Ali Jefrani, STOPAUXDISCRI, donne son point vue sur la « Lettre aux Musulmans de France » de M. le député et ex-maire d’Orléans, Serge Grouard.

Ce dernier à été invité à participer au débat

5 juillet 2016

Deuxième vidéo du débat organisé en réponse à la polémique de la « Lettreaux Musulmans de France » de Serge Grouard. Patrick Communal déconstruit la laïcité, et cela fait du bien d’entendre une version « décoiffante ».

5 juillet 2016

Débat public: Liberté d’expression dites-vous? 3/7 Yasser Louati – CCIF

2 juillet 2016

Gaza : L’accord turco-israélien vu de Gaza : « Le gouvernement turc nous a trahis et il veut que nous lui en soyons reconnaissants » – Haidar Eid

L’accord turco-israélien vu de Gaza : « Le gouvernement turc nous a trahis et il veut que nous lui en soyons reconnaissants » Par Haidar Eid 28.06.2016 – Israël et la Turquie sont parvenus à un accord qui normalise les liens six ans après une attaque navale israélienne qui a tué 10 militants turcs et 9 ans après l’imposition d’un siège mortel qui rend Gaza invivable. Qu’en pensons-nous, nous, Palestiniens de Gaza ?

Source : Gaza : L’accord turco-israélien vu de Gaza : « Le gouvernement turc nous a trahis et il veut que nous lui en soyons reconnaissants » – Haidar Eid

erdogan latuff_opt

Le moins que l’on puisse dire est que nous sommes consternés et indignés, comme doivent l’être les familles des 10 victimes de l’incident du Mavi Marmara. Cet accord nous maintient sous un siège hermétique, médiéval, qui équivaut à ce que l’historien israélien Ilan Pappe nomme « un génocide graduel ». Inutile de dire que l’accord viole aussi les lignes directrices du boycott que la société civile palestinienne a diffusées en 2005. En fait, ce n’est pas différent de la normalisation des liens diplomatiques et économiques avec l’Afrique du Sud de l’Apartheid.

Le Parti Justice et Développement de Recep Tayyip Erdoğan (AKP) est la branche turque d’Ikhwan (Frères musulman) qui a dirigé l’Egypte pendant un an et n’a ni ouvert le siège de Rafah ni levé le siège. Le Hamas, la branche palestinienne, a aussi ajouté à la détresse des vies des assiégés de Gaza par sa gouvernance rigide et son absence de vision politique. Maintenant, l’Ikhwan de Turquie conclut un accord avec IsraëlApartheid aux dépens des droits palestiniens fondamentaux !

Pour ajouter l’insulte à l’injure, le Hamas a publié une déclaration dans laquelle il « exprime sa gratitude pour les efforts de M. Erdogan pour aider les habitants de Gaza, qui sont dans la ligne du soutien de principe de la Turquie à la cause palestinienne » ! Et le dirigeant du Hamas Ahmed Yousuf a précisé que « la Turquie a fait tout ce qu’elle a pu pour lever le siège et aider les Palestiniens de Gaza. Les changements régionaux l’ont fait changer de politique et accepter à la place l’assouplissement du siège ! Nous ne pouvions en attendre moins de la Turquie. » (traduction arabe -> anglais de l’auteur).

Les défenseurs du gouvernement turc, à savoir les Islamistes, sont sur le pied de guerre pour justifier l’injustifiable. L’accord de réconciliation Israël-Turquie n’a rien à voir avec Gaza, et tout à voir avec les intérêts d’Israël et, dans un certaine mesure, ceux de la Turquie.

En fait, Ikhwan n’a jamais manqué de nous laisser tomber. Ils ne veulent pas reconnaître que l’accord de réconciliation Israël-Turquie est un coup porté à la décence éthique et morale pour le simple fait que la Turquie a fini par demander l’aide d’Israël pour la levée du siège de Gaza.

Alors, que signifie « levée du siège » ?

Cela signifie essentiellement d’ouvrir les 6 passages à Gaza, dont les clefs sont entre les mains d’Israël, de permettre l’entrée et la sortie de Gaza de toutes les marchandises, en particulier les produits essentiels, de fournir àGaza l’électricité et l’eau potable, et de garantir la liberté de circulation aux 2 millions de Palestiniens de Gaza. Cela signifie aussi l’ouverture du terminal de Rafah 7 jours sur 7, 24h/24. C’est la responsabilité de la puissance occupante, à savoir Israël. Mais même ceci ne satisfait pas les droits fondamentaux minimum du peuple palestinien : liberté, égalité et justice. Aucune relation normale ne doit reprendre avec IsraëlApartheid tant qu’il ne respecte pas le droit international qui garantit les droits palestiniens fondamentaux.

Une lecture rapide de l’accord prouve que c’est un coup de poignard dans le dos de Gaza. Améliorer les conditions de l’oppression, ou plutôt ralentir le génocide, est une forme de complicité parce que Gaza, pour le gouvernement turc, n’est qu’un affaire humanitaire. En un mot, le gouvernement turc nous a trahis et il nous demande de lui en être reconnaissants !

Le « génocide graduel » continue.

Source : Mondoweiss

Traduction : MR pour ISM

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 361 autres abonnés